Sommaire
Senior Actu

Europe - Améliorer l'état de santé des seniors grâce à l'alimentation


Adapter le régime alimentaire pour réduire l'occurrence de la maladie d'Alzheimer ou de l'ostéoporose et plus généralement pour améliorer l'état de santé chez les personnes âgées, telles sont les possibilités mises au jour par la recherche sur la nutrition et la santé menée par l'Union européenne.

Des spécialistes des effets de la nutrition sur le vieillissement viennent de se réunir à Bruxelles pour examiner les derniers progrès, réfléchir à la manière dont les résultats de leurs travaux pourraient être utilisés par les autorités sanitaires, le corps médical et le secteur de l'alimentation et de la restauration, et pour envisager les futures pistes de recherche dans ce domaine.

« La recherche sur la nutrition chez les personnes âgées ouvre de nouvelles perspectives pour la prévention des maladies et l'amélioration de l'état de santé et partant, de la qualité de vie » a déclaré M. Janez Potocnik, Membre de la Commission responsable de la science et de la recherche. « Les personnes âgées représentent une proportion de plus en plus importante de notre population. Faire en sorte que les gens vivent plus longtemps en bonne santé fait partie de notre politique de vieillissement actif. Les travaux de recherche présentés aujourd'hui joueront un rôle important à cet égard » a-t-il ajouté.

La Commission européenne a organisé un atelier intitulé « La recherche sur la nutrition et le vieillissement » les 29 et 30 novembre derniers à Bruxelles. Lors de cette manifestation, une douzaine de projets de recherche européens financés par l'Union européenne au titre des cinquième et sixième programmes-cadres ont été présentés. Il s’agissait d'évaluer les progrès accomplis durant le cinquième programme-cadre ainsi que les perspectives offertes par des projets récemment mis en route au titre du sixième programme-cadre, d'en tirer des enseignements pour les soins de santé et de définir des priorités pour la recherche future.

La proportion de personnes âgées dans la population européenne se situe actuellement autour de 20% et devrait atteindre 25 % d'ici à 2020 (Organisation mondiale de la santé, OMS 2002). Les changements démographiques les plus spectaculaires concernent la tranche d'âge la plus élevée (les 80 ans et plus). Selon les estimations, le nombre de personnes âgées de 80 ans en Europe devrait passer de 21,4 millions en 2000 à 35 millions en 2025. Plusieurs facteurs, dont l'alimentation, ont contribué à cette augmentation de l'espérance de vie.

A l'heure actuelle, la recherche en gériatrie fait la part belle aux travaux qui visent à traiter des maladies assez courantes chez les personnes âgées, mais il est également nécessaire d'analyser les facteurs génétiques et environnementaux qui permettent aux anciens de rester actifs et en bonne santé au delà de l'âge de 80 ans.

En tant que groupe cible pour les aliments spécialisés, les personnes âgées ont jusqu'ici suscité peu d'intérêt par rapport à d'autres groupes de la population. Les aliments destinés à satisfaire leurs besoins nutritionnels doivent en effet être des aliments familiers, denses en énergie, présentés dans des emballages pratiques et faciles à ouvrir et d'un prix raisonnable.

Parmi les études en cours, Lipidiet, qui analyse la manière dont certains lipides apportés par l'alimentation permettraient de prévenir la maladie d'Alzheimer ; Optiford, qui cherche à savoir si un meilleur apport alimentaire en vitamine D réduirait l'incidence de l'ostéoporose ou encore, Crownalife qui évalue les possibilités qu'offrent les aliments fonctionnels de satisfaire les besoins spécifiques des personnes âgées.


Publié le Mercredi 1 Décembre 2004 dans la rubrique Nutrition | Lu 4352 fois