Sommaire
Senior Actu

États-Unis - suicide et meurtre du conjoint : une tendance qui se répand chez les seniors


Tuer son conjoint avant de se donner la mort tend à devenir une pratique de plus en plus courante chez les personnes âgées américaines. Le vieillissement de la population fait craindre une augmentation de ce type d’accidents.

Selon le professeur Donna Cohen, de l’université de Floride du sud, il y a 300 cas par an de suicides après le meurtre du conjoint aux États-Unis. La Floride détient le triste record, suivi du Texas qui, avec 2,1 millions de personnes âgées, concentre la plus forte population de seniors de tous les États-Unis.

Le professeur constate qu’en Floride, on compte deux fois plus d’accidents qu’il y a dix ans et que dans 70% des cas, la maladie est un facteur déterminant pour le passage à l’acte.

Dépression et tristesse sont courantes dans les maisons de retraite. Mais, selon Lou O’Reilly, fondatrice d’une association texane de défense des résidents de maisons de retraite, les employés de ces établissements devraient y porter une attention plus grande.

Entre 4 et 15% des personnes âgées souffrent de dépression. Pourtant, la plupart ne sont pas suivis médicalement. Selon Donna Cohen, c’est aux médecins et à la famille de surveiller les premiers signes d’alerte.

Il ne faut pas oublier que pour une personne qui a été active toute sa vie, la vieillesse et la maladie sont tout à fait traumatisantes.

Certaines associations viennent en aide aux personnes ne trouvant plus de solutions et peuvent même, dans certains cas extrêmes, les accompagner dans leur choix ultime. Pour l’heure, l’Oregon reste le seul état à autoriser qu’un médecin aide un patient à mourir.


Publié le Lundi 10 Mai 2004 dans la rubrique Social | Lu 2226 fois