Sommaire
Senior Actu

Etats-Unis – Une nouvelle prune arrive sur le marché des anti-oxydants


Une prune dite à maturation lente vient de recevoir l’agrément du service de recherches agricoles (Agricultural Research Service) pour être commercialisée, aux côtés des alicaments de toutes sortes et des produits naturels aux bienfaits divers.

Face à la tendance actuelle qui fait de l’alimentation le premier corollaire d’une bonne hygiène de vie, producteurs et distributeurs sont aux aguets du moindre produit pouvant susciter l’intérêt des consommateurs qui prennent soin de leur santé. Aussi ont-ils accueilli la « Ruby Queen » avec enthousiasme.

Mise au point par des chercheurs américains dans le laboratoire de l’ARS en Géorgie, cette prune a été testée dès 1985 après trois années de développement. Elle résiste à des conditions d’humidité extrêmes et des tests menés par des scientifiques new-yorkais ont conclu à sa teneur en actifs anti-oxydant.

Selon Andrew Russell, auteur du rapport Datamonitor publié le 1er décembre 2003 et intitulé « Changing needs in functional food & drinks »*, il apparaît que la demande de « consommateurs sans problèmes de santé mais considérant que manger des produits bénéfiques pour leur santé améliorent leur style de vie » ne cesse d’augmenter.

Les chercheurs connaissent depuis de nombreuses années le pouvoir anti-oxydant des fruits et légumes et leurs propriétés anti-cancéreuses. En agissant sur les radicaux libres, créés de façon naturelle lors de la respiration des cellules, et responsables de modifications ADN et de détérioration des tissus, ils évitent l’émergence de tumeurs malignes.

De plus, les fruits et légumes ont un effet bénéfique sur le système respiratoire et sur l’asthme.

Chaque année, plus de 10 millions de personnes déclarent un cancer. Selon les chiffres de l’Organisation Mondiale de la Santé, les tumeurs malignes sont responsables de la mort de six millions de malades tous les ans, ce qui représente 12% des décès dans le monde.

Pourtant comme le rappelle l’OMS, « nous en savons déjà assez sur les causes du cancer pour prévenir au moins un tiers de toutes les tumeurs malignes. » Et la plupart de ces moyens de prévention passent par l’alimentation.


Publié le Mercredi 4 Août 2004 dans la rubrique Nutrition | Lu 2463 fois