Sommaire
Senior Actu

Etats-Unis – Une nouvelle étude fait le point sur les déplacements des seniors qui ne conduisent pas


Une étude sur le vieillissement et les moyens de transport aux Etats-unis est parue ce mois-ci dans le cadre du Projet Politique des Transports de Surface. Financée par l'AARP, l'étude a permis de mettre en exergue les faiblesses du système face aux nouveaux besoins de la population. Une situation qui ne devrait pas aller en s'arrangeant, aux dires du Bureau américain des Statistiques : d'ici 2025, les 65 ans et plus seront 62 millions, soit une augmentation de 80% par rapport à aujourd'hui. Un vieillissement accentué et donc une évolution des besoins liée aux difficultés à conduire.

Là où le bât blesse, c'est que les Etats-Unis ne sont pas préparés aux conséquences pratiques de ce phénomène de sénescence. Le réseau de transport serait inadéquat et ne semblerait pas être en mesure de répondre aux attentes des baby-boomers, toujours en quête d'indépendance et soucieux de leur mobilité. Or, l'aménagement de transports publics dépend du mode opératoire de chaque Etat, et le maintien des structures actuelles nécessite un investissement annuel de 14,8 milliards de dollars. Son amélioration requerrait un budget annuel de 43,9 milliards.

Les possibilités de déplacements sont donc réduites, plus particulièrement dans certaines régions, à la campagne et dans les petites villes. Pourtant, la demande potentielle est bien réelle. Seniors et Boomers aimeraient pouvoir choisir le moyen de transport le plus adapté à leurs besoins. Parmi les 21% de 65 ans et plus qui ne conduisent pas, la plupart déclarent que la raison est soit médicale, soit personnelle (préférence, pas de voiture ou pas d'accès à un véhicule), soit sécuritaire (auto-discipline). Si 50% de cette même part de la population (soit 3,6 millions d'Américains) restent le plus souvent à la maison, c'est uniquement à cause du manque de transports.

Un état de fait à l'impact significatif : comparativement aux conducteurs âgés, 15% de ces personnes iraient moins chez le médecin, 59% feraient mois souvent leurs courses ou limiteraient leurs repas au restaurant, et 65% restreindraient leurs activités sociales, familiales ou religieuses. A l'inverse, là où les transports publics sont suffisants (agglomérations et proches banlieues), les déplacements de proximité ne poseraient pas de problème, les usagers empruntant volontiers ces options pour des courts trajets. La marche à pied et le vélo seraient quant à eux une bonne alternative sur les petites distances, avec en prime un impact bénéfique sur la santé. Plus de la moitié des Américains âgés auraient d'ailleurs déjà adopté l'activité physique dans certains de leurs déplacements.
Etats-Unis – Une nouvelle étude fait le point sur les déplacements des seniors qui ne conduisent pas


Publié le Mardi 20 Avril 2004 dans la rubrique Transports | Lu 1389 fois