Sommaire
Senior Actu

États-Unis – Une étude sur les boomeuses et leurs habitudes de consommations


Les mamans de la génération baby-boom, semblent confrontées à de nombreuses difficultés lorsqu’il s’agit de faire leur shopping, selon une étude récente menée sur un petit groupe représentatif de dix femmes salariées de cette génération, de la ville d’Atlanta (Géorgie) par le « Retail Merchandiser ».

Selon cette étude, « Boomer Moms Qualitative Research Summary », le choix du magasin proprement dit, reste très lié à sa localisation géographique : entre le lieu de résidence et le lieu de travail. Elles ne semblent pas fidèles à une enseigne en particulier. Si les grandes surfaces offrent un large choix, ce qui explique leur succès, en contrepartie elles apparaissent totalement dépersonnalisées et manquent d’attention par rapport aux besoins de leurs clientes, d’où une certaine nostalgie de ces dernières pour les petits magasins d’autrefois, plus humains.

Pour savoir quelles évolutions devraient suivre les grandes surfaces pour satisfaire ces mères de famille et les fidéliser, l’étude recense leurs bons et leurs mauvais aspects. Tout d’abord, l’étude révèle que les clientes ne sont pas fidèles à une enseigne, mais à un magasin en particulier. Ce qui retient tout d’abord leur attention, c’est le service, avec principalement un bon accueil et un service après-vente de qualité. Le retour d’un article que l’on peut effectuer sans problème reste l’un des principaux facteurs influençant positivement ce type de consommatrices. Viennent ensuite, naturellement, la qualité des produits, mais aussi l’agencement du magasin : lumière, allées larges, rayons organisés. Pour cela, les supermarchés de tailles moyennes et importantes ont un avantage sur les magasins plus petits.

A l’inverse, les facteurs les plus négatifs seront l’absence ou l’impression d’absence de services, un manque d’attention au client, une mauvaise connaissance des produits de la part des employés, ainsi qu’un mauvais service après-vente, générateur de soucis. Enfin, de longues files d’attente, des allées étroites et encombrées, un mauvais éclairage et des étalages en désordre avec un affichage des prix confus sont autant d’éléments qui semblent faire fuir ces clientes exigeantes. Enfin, l’étude note que ces mamans de la génération baby-boom ne sont pas dupes des tentatives de manipulation des supermarchés ; par exemple, le « passage obligé » par des rayons où elles ne souhaitent rien acheter à priori, avant de pouvoir atteindre celui qui les intéresse réellement.


Publié le Jeudi 27 Novembre 2003 dans la rubrique Consommation | Lu 935 fois