Sommaire
Senior Actu

États-Unis - Un soutien intensif des familles des malades d’Alzheimer pour leur éviter la dépression


Des consultations intensives sur le court terme, en plus du soutien déjà disponible, pourrait diminuer de manière significative les risques de dépression chez les femmes et les hommes qui s’occupent de leur conjoint atteint de la maladie d’Alzheimer (les aidants), révèle une étude parue le 1er mai dans le Journal Américain de Psychiatrie.

Dirigée par le docteur Mary Mittelman de l’Université de médecine de New York, et soutenue par l’Institut National sur le Vieillissement (NIA), cette étude est la plus longue jamais réalisée sur les familles des malades d’Alzheimer.

Parmi les 406 participants, la moitié ont reçu les aides habituelles, l’autre moitié ont pu bénéficié de consultations intensives. Un an plus tard, on a constaté que parmi les personnes les plus épaulées, 29,8% présentaient des symptômes de dépression contre 45% chez les autres.

« un programme individualisé de consultations et de soutien en continu est un moyen d’action très efficace », reconnaît le Dr Mittelman.

Le Docteur Sidney Stahl, du programme de recherches sociales et comportementales du NIA, ajoute que « les bénéfices peuvent durer plusieurs années. »

La maladie d’Alzheimer est la cause la plus courante de démence chez les plus de 65 ans et touche environ 4,5 millions d’Américains.


Publié le Mardi 11 Mai 2004 dans la rubrique Santé | Lu 371 fois