Sommaire
Senior Actu

Etats-Unis - Repenser le statut des baby-boomers dans une société américaine vieillissante


Lors d’une conférence ayant pour thème le vieillissement de la société américaine qui s’est tenue à San Francisco fin avril, et comme le souligne l’article paru le 28 avril sur Csmonitor.com, le gérontologue Ken Dychtwald s’est exprimé sur la nécessité de repenser le statut des baby-boomers aux États-Unis.

Les baby boomers américains revendiquent le droit d’être actifs le plus longtemps possible et bien qu’ils « ne veulent pas être considérés comme vieux avant 90 ans, ils perçoivent leurs droits à partir de 65 ans. », explique Ken Dychtwald, gérontologue et auteur à succès.

Il est vrai que 65 ans a toujours été l’âge minimum requis pour toucher les aides de la sécurité sociale et à l’heure du débat sur les pensions ou sur le système de santé (Medicare), des voix s’élèvent dès que le Congrès tente de modifier cette limite et de toucher aux acquis des retraités. 76 millions de baby boomers représentent cependant un poids économique considérable. Pour que les futurs pensionnés ne soient pas perçus comme des personnes dépendantes qui ne pensent qu’à bénéficier de plus en plus de prérogatives, la société américaine doit redéfinir l’âge à partir duquel une personne est considérée comme étant « senior » et surtout de les présenter, non plus comme de simples demandeurs, mais comme des individus pouvant « offrir autant que recevoir ».

Pour Dychtwald, il s’agit de transformer le « triomphe de la longévité » en réalité sociale. Un grand nombre de baby-boomers peuvent profiter de leur retraite pour mener à bien de nouvelles activités ou se concentrer sur différentes formes d’engagement civique. Aussi appartient-il aux groupes d’influence d’encourager les seniors à jouer une part active dans la société afin de rompre avec l’image d’une vieillesse américaine qui ne semble se soucier que de ses droits.


Publié le Mardi 4 Mai 2004 dans la rubrique Social | Lu 467 fois