Sommaire
Senior Actu

États-Unis – Précarité des personnes âgées hispaniques à New-York


Les personnes âgées hispaniques de la ville de New-York seraient de plus en plus pauvres et auraient accès à de moins en moins de services, selon Mario Tapia, directeur du « Centro Gerontológico Latino ». Un tiers d’entre elles vivraient en dessous du seuil de pauvreté, environ 700 dollars par mois, et un autre tiers s’en approcheraient. Ainsi, près de deux latinos âgés sur trois vivraient avec des revenus proches ou au-dessous du seuil de pauvreté. La majorité d’entre eux étant portoricains.

D’autre part, et toujours selon le directeur du « Centro Gerontológico Latino », leur accès aux divers services offerts par la municipalité pour les personnes âgées, comme les centres dans lesquels sont distribués des repas, serait très restreint. Selon M. Tapia, seulement 5 000 latinos âgés profiteraient quotidiennement de ces services. Pour le directeur du centre, cette faible fréquentation serait due principalement à un manque d’information. Quant aux autres, ils se plaignent de l’accueil : sur 340 centres de ce type, seule une vingtaine serait administrée par des hispaniques. Pour que les seniors latinos se déplacent dans ces centres, il faut qu’un personnel bilingue puisse les y accueillir et qu’une nourriture adaptée à leur culture leur soit servie.

Mario Tapia rappelle que lorsque la majorité des programmes d’aide aux personnes âgées ont commencé à se développer à partir de 1965, la population des plus de 60 ans hispaniques était encore peu élevée. En 1970, ils étaient 50 000, soit un new-yorkais âgé sur 20. Trente ans plus tard, leur nombre a été multiplié par six : on estime qu’ils seraient aujourd’hui 300 000, sur un total de 1,15 millions de personnes âgées à New York.



Publié le Mercredi 3 Décembre 2003 dans la rubrique Social | Lu 832 fois