Sommaire
Senior Actu

Etats-Unis – Les seniors se mettent à cambrioler les banques


A l’heure où le nombre de braquages en France diminue, un nombre croissant de seniors américains ayant besoin d’argent cambriolent tout simplement les banques, comme l’indique le Federal Bureau of Investigation (FBI). Ces « papys et mamies bandits » en disent long sur l’évolution du crime aux Etats-Unis.

Finis les braquages à main armée et les fusillades à la sortie des banques. Aujourd’hui, les Bonnie & Clyde des temps modernes sont aussi bien des adolescents que des seniors, des mères de famille ou « des personnes qui ont perdu leur emploi et qui doivent faire face à un besoin pressant d’argent » note William J. Redher, un ancien expert en cambriolage pour le FBI.

A ce titre, les seniors n’hésitent plus à passer à l’acte. Et les exemples de voleurs tels que J. L. Roundtree qui, âgé de 91 ans, marchant avec une canne et souffrant de surdité, a été jugé coupable d'un vol de 2.000 dollars dans une banque du Texas, son troisième braquage en cinq ans, ne sont plus rares dans les prisons américaines.

La moitié des cambriolages de banque sont le fait de toxicomanes et un tiers de voleurs récidivistes. Cependant, à en croire les spécialistes, il s’agirait d’un crime qui se popularise.

Il faut dire qu’aujourd’hui, il n’est plus nécessaire d’être un spécialiste pour réussir un hold-up. La plupart des auteurs de vol ont conscience des recommandations qui sont faites au personnel et savent qu’ils vont obtenir ce qu’ils cherchent sans trop de problèmes. Reste à sortir de la banque. La modernisation des agences avec plusieurs sorties, des guichets plus bas et des panneaux publicitaires qui cachent la vue de l’extérieur leur facilitent la tâche.

Le nombre de cambriolages de banque évolue en fonction de la conjoncture économique. En 2003, les autorités en ont dénombré 7 412. La majorité des vols sont réalisés sans violence, par la méthode du ‘petit papier’. Le cambrioleur écrit ce qu’il veut sur un morceau de papier et invite expressément le guichetier à satisfaire sa demande.

Selon le FBI, environ 57% de ce genre d’affaires sont résolues. En général, les auteurs des vols récupèrent entre 2 000 et 3 000 dollars (soit entre 1 650 et 2500 euros), ce qui ne couvre qu’une petite partie de leurs dettes. Amenés à réitérer leur délit, ils finissent ainsi par se faire attraper.
Seniors


Publié le Mardi 3 Août 2004 dans la rubrique Société | Lu 1399 fois