Sommaire
Senior Actu

Etats-Unis - Les seniors américains dépressifs ne se soignent pas


La dépression touche, de près ou de loin, environ 20% des quelques 35 millions de personnes âgées de 65 ans et plus, selon les services de santé américains. Or, seule une petite partie d’entre-elles est soignée. Les autres ne l’admettent pas et ne se soignent pas, au péril de leur vie.

La dépression n’entraîne pas la mort qu’à travers le suicide, contrairement à certaines idées reçues. Les seniors déprimés peuvent négliger leur santé (contrôle de l’hypertension, du diabète), voire leur alimentation. Parfois même au point de succomber des suites d'une dégradation de leur état, généralement accentuée par les maladies chroniques dont souffre cette tranche de la population.

Le problème de cette « dépression sans tristesse », comme la nomme les experts, est que la maladie est particulièrement difficile à détecter. Ainsi, certains seniors dépressifs se plaignent de troubles du sommeil, de mémoire, d’absence de goût de la nourriture ou d’incapacité à prendre des décisions. D’autres sont apathiques, mais tous refusent le diagnostic.

Par ailleurs, il convient de noter que la dépression est généralement considérée, à tort, comme une partie intégrante du vieillissement, ce qui ne facilite ni son identification, ni son acceptation par la personne concernée et par son entourage. 18% des suicides commis en 2000 auront ainsi concerné des seniors, selon l’Institut National de la Santé Mentale. Sur sept millions de seniors dépressifs identifiés, deux millions seraient atteints par la maladie et cinq millions en présenteraient les symptômes.


Publié le Jeudi 2 Octobre 2003 dans la rubrique Santé | Lu 460 fois