Sommaire
Senior Actu

Etats-Unis – Le poisson préserve les seniors âgés des arythmies cardiaques, selon une étude


Une consommation régulière de poissons cuits au four ou à l’eau diminue les risques de fibrillation atriale* et ainsi d’attaque d’apoplexie chez les personnes âgées, d’après une étude américaine publiée le 19 juillet dans la version en ligne de la revue Circulation.

C’est la première fois que des scientifiques se penchent sur les effets de la consommation de poissons sur la circulation sanguine tout en en distinguant les différentes espèces.

Menées par l’équipe de Dariush Mozaffarian de l’école de médecine de Harvard, les recherches mettent en évidence la corrélation entre un régime riche en poissons (une à quatre fois par semaine) et la diminution de 28% des risques d’arythmie cardiaque. Chez les personnes consommant du poisson plus de cinq fois par semaine, les risques baissent même de 31% par rapport à ceux qui n’en mangent qu’une fois par mois.

Quant à la nature du poisson consommé, les chercheurs se sont basés sur une précédente étude qui avait démontré le lien entre la consommation de certains poissons et l’augmentation du nombre des biomarqueurs d’acides gras omega-3 dans le sang, ayant des effets bénéfiques pour l’organisme.

Ainsi, les poissons à chair blanche tels que le cabillaud, n’auraient aucun impact sur le taux d’omega-3, pas plus que les poissons consommés en friture ou en sandwich.

Les résultats ne sont en rien faussés par la prise en compte d’autres facteurs de risques tels que le tabac, l’hypertension artérielle, le diabète ou des antécédents d’accidents vasculaires.

Les recherches ont été réalisées d’après les données médicales de 4 800 personnes âgées de 65 ans minimum. Elles ont duré 12 ans.

* La fibrillation atriale ou auriculaire est un trouble du rythme cardiaque très fréquent lié aux maladies cardiaques et au vieillissement. Lorsque la fibrillation auriculaire persiste dans le temps, elle peut entraîner un accident vasculaire cérébral ou retentir sur les conditions dans lesquelles le coeur fonctionne. Elle survient lorsqu’une partie du cœur tente de prendre le contrôle en tant que stimulateur. Des impulsions rapides et irrégulières entraînent des contractions très rapides du cœur supérieur, souvent si rapides que les cavités palpitent au lieu de véritablement pomper.


Publié le Vendredi 23 Juillet 2004 dans la rubrique Nutrition | Lu 1830 fois