Sommaire
Senior Actu

Etats-Unis – Le manque d’infirmières prend d’inquiétantes proportions


La pénurie d’infirmières qui frappe lourdement le pays risque de s’accentuer avec l’entrée en vigueur le 26 juillet de la nouvelle loi sur l’immigration obligeant le personnel canadien, soit 2/5 des infirmières sur le sol américain, à passer une série de tests de niveaux et de compétences, comme le rapport the Atlanta Journal le 14 juillet.

Selon le Conseil National des infirmiers, elles seront environ 15 000 à refuser les nouveaux impératifs gouvernementaux et à repartir dans leur pays. Autant de places vacantes venant s’ajouter aux 100 000 postes déjà non occupés.

Si aucune mesure n’est prise avant que les boomers n’atteignent l’âge de la retraite, la Commission d’Accréditation des Projets menés par les Organismes de Santé estime qu’il manquera à terme 275 000 infirmières.

Des infirmières diplômées d’universités étrangères sont déjà invitées à venir travailler aux Etats-Unis pour palier le manque de personnel américain. Pour l’heure, elles représentent 4% du corps infirmier, soit 90 000 personnes, d’après le journal Health affairs.

Les experts s’accordent à dire qu’il n’y a pas de solution miracle. Certes, la situation actuelle est devenue invivable pour les infirmières qui sont amenées à travailler plus de 12 heures d’affilée. Mais, l’arrivée aux Etats-Unis d’infirmières étrangères présentent certains inconvénients, notamment quand elles sont issues de pays en voie de développement.

En novembre 2003, la Commission des diplômés des écoles d’infirmières a noté que la plupart des recrues d’origine étrangère venaient en effet des Philippines, d’Inde, du Nigeria, de Chine et du Kenya, pays où leurs services sont beaucoup plus utiles qu’en Amérique du nord. A titre d’exemple, il y a aux Etats-Unis 2 fois plus d’infirmières par patient qu’aux Philippines et 17 fois plus qu’en Inde.

« Les soins infirmiers deviennent un marché global », souligne d’ailleurs le Dr Marla Salmon, doyenne de l’école d’infirmière de l’Université d’Emory. Bien que les infirmières venues des pays pauvres fassent preuve d’une incroyable motivation, les implications d’ordre éthique sont importantes. Cette solution n’est donc pas la panacée.


Publié le Mercredi 28 Juillet 2004 dans la rubrique Social | Lu 1020 fois