Sommaire
Senior Actu

Etats-Unis – Le gène de la longévité peut-être identifié


Des chercheurs américains auraient identifié une mutation génétique associée à une exceptionnelle longévité. Une mutation qui semble se transmettre à la génération suivante, selon des travaux publiés le mardi 14 octobre dans le Journal of the American Medical Association.

Une étude réalisée de 1998 à 2002 sur un groupe de 213 juifs ashkénazes d'une exceptionnelle longévité (48% de plus de 100 ans) et 216 de leurs enfants par des scientifiques du Albert Einstein College of Medicine de New York a permis d’identifier une mutation affectant une enzyme impliquée dans la régulation des lipoprotéines, appelé CETP. D’après l’étude américaine, dirigée par le Dr Nir Barzilai, la mutation affecte la taille des lipoprotéines constituant le bon et le mauvais cholestérol de l'organisme. Ces lipoprotéines étant plus grosses chez les centenaires que dans la population générale. Les chercheurs ont observé que les centenaires sont trois fois plus affectés par cette mutation que la population générale, et que leurs descendants ont deux fois plus de chances que la moyenne d'hériter du gène muté.

Les scientifiques estiment que des lipoprotéines plus grosses pourraient avoir davantage de difficultés à pénétrer les artères, ce qui réduirait le risque d'athérosclérose, facteur important de maladie cardiaque et d'attaque cérébrale. Une étude plus approfondie des mécanismes génétiques qui déterminent la taille des lipoprotéines permettra peut-être un jour de développer un nouveau moyen de prévention de ces pathologies augmentant le risque de mortalité.



Publié le Lundi 27 Octobre 2003 dans la rubrique Santé | Lu 458 fois