Sommaire
Senior Actu

Etats-Unis – La vitamine B3 permet d’éviter la maladie d'Alzheimer, selon une étude


L’acide nicotinique, plus connu sous le nom de vitamine B3 ou PP*, permettrait de lutter contre le développement de la maladie d’Alzheimer et de la dégénérescence cognitive associée au vieillissement des cellules, selon une étude américaine publiée dans le Journal of Neurology, Neurosurgery and Psychiatry de juillet 2004.

Les chercheurs connaissaient déjà le rôle de cette vitamine dans la prévention de la confusion mentale et les conséquences d’une carence : la pellagre**, maladie mortelle dont les trois symptômes sont la dermatose, la diarrhée et la démence.

Son rôle dans la prévention d’Alzheimer n’avait cependant jamais été étudié. Cette nouvelle étude menée à l’Université Rush de Chicago, a montré que les personnes qui consomment quotidiennement plus de 22,4 mg de niacine ont 80% de risques en moins de souffrir d’Alzheimer que celles qui en absorbent une quantité plus faible.

Les résultats devraient avoir d’importantes répercussions dans l’industrie alimentaire. Déjà utilisé en tant que réducteur du taux de cholestérol, l’acide nicotinique, pourrait désormais être vendu sous forme de compléments.

Pour parvenir à ces conclusions, les chercheurs ont suivi près de 4 000 personnes de plus de 65 ans, qui ne présentaient aucun symptôme d’Alzheimer au début de l’étude. Un questionnaire leur a été administré pour juger de leurs facultés cognitives et de leur régime alimentaire. Après des vérifications menées 3 et 6 ans plus tard, et l’ajustement des réponses selon le genre, l’âge, le niveau d’éducation, la race et la présence ou non du gène ApoE, lié au déclenchement de la maladie***, les chercheurs ont ainsi pu démontrer le lien entre la niacine et Alzheimer.

Une étude précédente avait montré le rôle de la niacine dans la synthèse et la réparation de l’ADN, la transmission de signaux entre les cellules neurales et son pouvoir anti-oxydant sur les neurones.

18 millions de personnes dans le monde souffrent actuellement de démence, dont Alzheimer. D’ici 2025, ce chiffre pourrait atteindre les 34 millions, avec 71% des malades dans les pays développés.

* La vitamine PP est nécessaire à la formation de deux enzymes indispensables pour l’assimilation des protéines, des glucides et des lipides. Elle agit donc tous azimuts. Elle intervient dans la production d’énergie pour les cellules et participe à la fabrication des neuro-hormones. Enfin, elle est indispensable au bon état du tube digestif et de la peau.

** En France et dans les pays développés, la carence n’existe plus parce que la vitamine PP est très répandue dans l’alimentation, l’organisme peut en fabriquer à partir d’un acide aminé, le tryptophane dont les viandes et les produits laitiers sont riches, de même que les poissons, les noix et les céréales.

*** Le gène APOE, situé sur le chromosome 19, code les instructions pour produire l'apolipoprotéine E du sang, et la survenue d'une maladie d'Alzheimer. C'est une protéine transporteuse du cholestérol dans le sang. L'APOE est également produite dans le cerveau par les astrocytes, des cellules du tissu conjonctif, et joue un rôle dans la nutrition des neurones.


Publié le Vendredi 30 Juillet 2004 dans la rubrique Santé | Lu 2256 fois