Sommaire
Senior Actu

Etats-Unis – L'énorme marché des traitements contre les pertes de mémoire liées à l’âge


Les laboratoires pharmaceutiques du monde entier se concentrent aujourd’hui sur la recherche contre les troubles de la mémoire liés à la vieillesse. Des médicaments pourraient prochainement arriver sur le marché. Selon le Dr. Léon J. Thal, directeur du département de neuroscience de l’université de San Diego en Californie, d’ici cinq ans, on devrait trouver des traitements permettant de ralentir l’évolution de la maladie d’Alzheimer, voire de la retarder d’au moins cinq ans. Ce n’est pas un hasard si les industriels s’intéressent d’aussi prêt aux maladies de la mémoire : en 2013, les 77 millions de baby-boomers américains auront plus de 50 ans : le marché de la mémoire s’avère donc très prometteur. D’ores et déjà, 75 % des plus de 50 ans déclarent souffrir de troubles, même s’il existe parmi eux des malades imaginaires. Au moins 20 millions d’américains de plus de 60 ans souffrent de démence légère et 4,5 millions sont atteints d’Alzheimer. En 2050, cette terrible maladie touchera 13,2 millions de personnes aux Etats-Unis. Un médicament susceptible de guérir l’Alzheimer ou l’empêchant de se développer rencontrerait donc un immense succès et deviendrait une source quasi inépuisable de profit. Déjà les contours de ce formidable marché se dessine avec le développement de cliniques spécialisées et les trois médicaments estampillés « traitements contre l’Alzheimer » par la FDA : l’Aricept de Pfizer, le Novartis d’Exelon et le Reminyl de Johnson&Johnson, qui ont rapporté plus d’un milliard d’euros en 2003. L’Oncle Sam est lui-même activement engagé dans ces recherches. En effet, le suivi des patients atteints de démence aura coûté à l’Etat américain plus de 100 milliards d’euros environ en 2003. L’Institut national de la santé a donc fait de la recherche contre cette maladie sa priorité. Le marché pourrait même dépasser la clientèle des seniors ; un médicament reconnu pour ses vertus sur la mémoire pourrait rapidement être récupéré, par les étudiants en période d’examens par exemple. Toutefois, les trois médicaments contre l’Alzheimer disponibles sur le marché américain restent pour l’instant quasi exclusivement consommés par les plus de 60 ans. Cela tient sans doute à leurs effets secondaires assez gênants –nausées, troubles de l’appétit, etc-, ce qui limite forcément leur consommation à ceux en ayant un réel besoin.


Publié le Mardi 9 Septembre 2003 dans la rubrique Santé | Lu 560 fois