Sommaire
Senior Actu

Etats-Unis – Développement du suicide chez les personnes âgées

Avec le vieillissement des populations, on assiste de plus en plus souvent, dans les faits divers, à des suicides de personnes âgées, parfois en couple, parfois seule. Le prolongement de la durée de vie et le développement de la dépendance qui en résulte, parfois, incite certains aînés à se supprimer, plutôt que d’entrer dans une maison de retraite ou de devenir une charge pour leurs familles.


Coup sur coup, deux dramatiques évènements ont mis en lumière ce phénomène dans l’état du New Hampshire (USA). Un couple d’octogénaires retrouvés morts à leur domicile. La mari a tiré sur sa femme avant de retourner l’arme contre lui. Aucune trace de lutte. Selon les autorités locales, ces personnes âgées en seraient arrivées à cette extrémité pour raisons de santé. Autre cas, celui d’un juge âgé de 76 ans, qui s’est donné la mort parce qu’il craignait d’avoir développé la maladie d’Alzheimer et des problèmes de vision. Il ne voulait pas devenir une charge pour sa sœur.

« Je ne crois pas qu’il existe des statistiques, toutefois ce genre de drame se produit de plus en plus fréquemment » souligne dans le quotidien Valley News (New Hampshire), le Dr Ira Byock, spécialiste en soins palliatifs et fin de vie dans un hôpital de cet état. « Dans l’intimité des familles, les gens évoquent l’éventualité d’un suicide. Je le sais, car parfois, ils m’en parlent ».

« Pourtant dans la culture américaine, deux forces s’opposent. D’un côté, il faut tout prévoir en cas de décès et de l’autre, ce que craignent le plus les seniors, c’est devenir une charge pour leurs proches ou de mourir dans la souffrance. Il faut donc que nous définissions dès maintenant ce que nous considérons être une fin de vie ‘‘réussie’’ » ajoute ce médecin. Selon le Dr Byock, « les débats actuels (notamment dans le Vermont ou la Californie) sur les propositions de loi concernant l’euthanasie n’aideront pas à résoudre ce problème. Il faut surtout développer les soins envers les personnes âgées mais aussi le soutien aux aidants, aux proches qui s’occupent d’un parent âgé ou malade ».

« Ces suicides de personnes âgées sont extrêmement difficiles à supporter pour les proches et les parents. Les membres en restent très affectés, inconsolables, se sentent responsables ». « Aussi dur que cela puisse être de s’occuper d’une personne en phase terminale, souvent cela aide à réconcilier les familles, à oublier les griefs et montrer de l’amour » conclut le Dr Byock, tout en prévoyant un développement de ces suicides, compte-tenu du vieillissement de la population et notamment de l’arrivée de boomers dans l’âge de la retraite.

Lire aussi : « La maltraitance et le suicide des personnes âgées, un tabou »


Publié le Jeudi 10 Février 2005 dans la rubrique Société | Lu 4286 fois