Sommaire
Senior Actu

Etats-Unis – Des biscuits apéritifs anti-cholestérol

Les alicaments devraient investir petit à petit, tous les domaines de l'alimentation. Des chercheurs de l’Université de Brandeis (Massachusetts) affirment avoir trouvé un moyen de permettre à l’industrie agro-alimentaire de fabriquer des biscuits apéritifs permettant de réduire le taux de cholestérol.


Selon le professeur de biologie KC Hayes, il serait ainsi possible d’ajouter des phytostérols de soja à de l’huile de cuisine et fabriquer avec, des chips qui pourraient réduire le LDL, aussi appelé mauvais cholestérol. Ce procédé serait par ailleurs, sans conséquences sur le goût des aliments.

L’équipe de Brandeis affirme que pour la première fois, des scientifiques ont réussi à ajouter des phytostérols à de l’huile frite. Après un chauffage adéquate, lors du refroidissement les phytostérols se recristallisent sous une forme qui bloque l’absorption du cholestérol.

Si cette découverte se confirme, les bénéfices des phytostérols pourraient être étendu à une plus large gamme de produits, telle que les frites et les chips bien sûr, mais aussi au pain, à des gâteaux… L’Université de Brandeis est actuellement en train de déposer des brevets visant à protéger les applications commerciales de cette découverte.

Cette étude a récemment été publiée dans le Journal de la Nutrition. 10 personnes ont consommé une ration quotidienne de tortillas enrichies en phytostérols pendant une période de 4 semaines. Selon les chercheurs, l’ensemble de ce groupe aurait réduit de 10% leur taux de cholestérol total et de 15% leur cholestérol LDL.

« Nous avons mis en place une nouvelle application qui peut être appliqué aux apéritifs avec relativement peu de matière grasse » affirme le professeur de biologie. « Si votre taux de cholestérol total est élevé, le taux de mauvais cholestérol sera d’autant plus réduit » affirme le Dr Hayes, qui estime que cette découverte peut avoir un impact important sur la santé publique.

Une personne sur cinq souffre d’un excès de cholestérol (> 2.2g/l dans le sang) ; 5 millions de foyers français sont concernés, aussi bien les hommes que les femmes (source Omnibus, février 2003). Compte-tenu du vieillissement de la population, du surpoids et du manque d’exercices physiques ce problème de santé devrait être appelé à se développer dans les années à venir. 20% des attaques cardiaques et plus de la moitié des maladies cardio-vasculaires sont dues à des taux trop élevés de cholestérols.

Les phytostérols ou stérols végétaux sont naturellement présents dans l’alimentation mais en faible quantité. Ils ont une forme très proche du cholestérol. Ils se fixent sur les mêmes « récepteurs » que ce dernier, en bloquant ainsi le passage. Ils freinent donc l'absorption du LDL cholestérol, dit " mauvais cholestérol " qui sera éliminé par les selles.

Le programme d’éducation nationale contre le cholestérol et l’association américaine pour le coeur recommande l’addition de phytostérols dans les aliments pour réduire le cholestérol, mais leur utilisation dans l’alimentation quotidienne est limité actuellement aux margarines, huiles pour salades, yaourts principalement pour des raisons techniques d’incorporation.

On estime que d’ici 2008, la demande globale en phytostérols devrait atteindre le chiffre de 10.000 tonnes, ce qui représente un marché potentiel d’une valeur de 200 à 250 millions de dollars.


Publié le Jeudi 17 Février 2005 dans la rubrique Nutrition | Lu 4301 fois