Sommaire
Senior Actu

Etats-Unis - Adapter les véhicules à la clientèle senior

Comme de nombreux secteurs industriels, l’automobile va devoir, dans les années à venir, adapter sa production à une société vieillissante. Des boomers aux conducteurs plus âgées, certains besoins sont communs, d’autres moins. A l’occasion du Chicago Auto Show, qui s’est terminé le 20 février dernier, le constructeur coréen Hyundai s’est promené dans les allées du salon en compagnie d’un panel de consommateurs seniors en vu de recevoir leurs commentaires et d'adapter son offre à ces nouveaux besoins.


Les fabricants de véhicules automobiles vont bientôt devoir faire face au vieillissement démographique et adapter leur production en conséquence. Répondre aux besoins des seniors en leur proposant des produits en phase avec leurs exigences sans pour autant les stigmatiser, risque de devenir l’un des prochains challenge de cette industrie, en ce début de 21ème indique un récent article du quotidien américain USA Today. Ainsi, ce secteur doit imaginer dès maintenant des solutions séduisantes mais non « ghettoïsantes » pour ces conducteurs de plus de 60 ans qui représentent déjà 17.5% des acheteurs selon le Power Information Network.

On peut distinguer deux grandes catégories de consommateurs seniors. D’un côté, 78 millions de baby-boomers qui atteindront les 65 ans à partir de 2011 et de l’autre, la « Folk génération » qui se trouve déjà dans cette tranche d’âge. Les premiers rejettent catégoriquement tout produit qui pourrait faire allusion, d’une manière ou d’une autre, à leur avancée en âge. Les seconds, restent principalement fidèles aux marques américaines et recherchent le confort et la sécurité avant tout.

« Je ne veux pas d’une voiture pour vieille dame » remarque une sexagénaire qui fait partie d’un panel de consommateurs mis en place par le fabricant Hyundai à l’occasion du Chicago Auto Show. L’industriel s’est promené dans les allées du salon, avec un groupe de huit personnes de 60 ans et plus, afin de recueillir leurs commentaires et impressions, de manière à réfléchir sur des solutions à apporter à ce type de clientèle.

Le panel de Hyundai a rapidement écarté certaines marques. C’est le cas de la Mini qui, semble-t-il, ne plait pas du tout à ce type de consommateurs. Cependant, contre toute attente, certains véhicules séduisent immédiatement. La Jeep Liberty, un petit tout-terrain qui n’est pas un modèle que l’on associe généralement aux seniors, a rencontré un franc succès auprès de ce groupe test. Notamment grâce à une poignée de maintien qui facilite et sécurise la montée et la descente du 4x4. « La plupart des petites voitures ne sont pas adaptées à nos besoins » explique un monsieur de 78 ans. « Il nous faut des sièges confortables ainsi que des « aides » pour entrer et sortir du véhicule ».

Ainsi, les principaux aménagements à prendre en compte pour ce groupe de panélistes sont : des tableaux de bord larges et faciles lire ; des sièges pivotants permettant d’entrer et sortir d’un véhicule plus aisément ; des voitures économiques (de nombreuses personnes âgées vivent sur de petits budgets et les fluctuations des prix du carburants sont importantes pour l’état de leur finance. Pour certains, ce serait même un facteur décisif d’achat) ; et enfin, la sécurité : airbags latéraux, freins anti-blocages, avertisseurs sonores qui préviennent lorsqu’une voiture est trop proche, etc.

Schématiquement, on peut souligner que les clients de plus de 70 ans s’intéressent particulièrement au confort ainsi qu’à l’aménagement intérieur alors que les moins de 60 ans favorisent l’aspect extérieur et l’image qu’il véhicule. Ces dix années de différence voient l’arrivée d’une véritable rupture, d’un changement radical dans les priorités. Alors qu’on privilégie encore le paraître à l’âge de 60 ans, on préfère le confort, la sécurité et les aménagements après 70 ans.

Selon M. Coughlin, directeur du laboratoire de recherche Age Lab du Massachussets Institute of Technology (MIT), l’industrie automobile doit absolument adapter la construction de ses véhicules à une clientèle relativement âgée. A partir de 50 ans, petit à petit, l’ouïe, la vision périphérique, l’attention, les réflexes, la force diminuent. Ces facultés déclinantes risquent de voir les seniors de plus en plus impliqués dans des collisions plus ou moins graves. Et de citer une étude, qui indique que d’ici un quart de siècle, les accidents mortels concernant les conducteurs âgés pourraient être multipliés par quatre pour atteindre les 25.000 par an aux Etats-Unis.

Certains constructeurs, notamment au Japon, fabriquent déjà des véhicules « senior friendly ». Par exemple, les airbags se déploient moins fortement, prenant en compte le fait que les personnes âgées sont plus légères, plus petites et souvent des femmes. Les portières sont conçues pour s’ouvrir plus facilement, en limitant les efforts. Les pédales sont ajustables…

Aux Etats-Unis, le nombre de conducteurs seniors de plus de 65 ans devrait presque doubler en vingt ans pour atteindre les 80 millions de personnes d’ici 2025. En forme et alertes plus longtemps, ces aînés devraient passer une bonne partie de leur temps libres sur les routes américaines. Il faut aussi savoir qu’aux Etats-Unis, il est pratiquement impossible de se déplacer sans voiture. Les transports en commun sont peu pratiques et les villes absolument pas adaptées à la marche à pied. Il est donc important que les seniors puissent conduire le plus longtemps possible à bord de véhicules assurant leur indépendance et dans lesquels ils pourront se sentir totalement en confiance.
Etats-Unis - Adapter les véhicules à la clientèle senior


Publié le Lundi 28 Février 2005 dans la rubrique Transports | Lu 6136 fois