Sommaire
Senior Actu

Etats-Unis - A l'approche des élections se pose le problème du vote des malades d'Alzheimer


Alors que les deux candidats aux élections américaines, l’actuel président républicain George W. Bush et le challenger démocrate John Kerry, préparent leur débat qui aura lieu ce soir lors d’un grand show télévisé, comme seuls les américains savent le faire, un sujet semble préoccuper de plus en plus les experts politiques, les médecins, les avocats et le grand public, il s’agit du droit de vote des malades atteints de la maladie d’Alzheimer.

Comme le soulignait le quotidien américain, le Washington Post, mi septembre, un neurologue installé en Floride, a été extrêmement surpris par un de ses patients atteint de démence avancée. Ce dernier s’imaginait en effet vivre en 1942 et pensait donc que le président américain était Franklin D. Roosevelt. Heureusement, sa femme a avoué au praticien, avoir accompagné son mari aux urnes le jour du vote.

Ce qui pourrait paraître anecdotique peut en fait s’avérer relativement grave. N’oublions pas que lors des dernières élections, M. Bush a gagné avec un différentiel de 537 votes. Or des états comme la Floride connaissent une très forte proportion de personnes âgées et parmi elles, bien sûr, des individus atteints de la maladie d’Alzheimer. On estime, aux Etats-Unis, que le nombre de personnes atteintes par cette maladie s’élève à 4.5 millions dont 10% rien que sur la Floride. De surcroît, même s’il n’existe aucune statistique sur le sujet, le Washington Post, précise que deux études semblent indiquer que les patients atteints de démence votent, proportionnellement plus que les personnes « saines ».

L’inquiétude vient du fait que l’on craint que ces personnes malades, subissent des influences partisanes aussi bien dans le cadre familial que dans les maisons de retraite ou les hôpitaux. Sans parler de maltraitance, des proches peuvent très bien s’arranger pour faire voter le malade selon leurs convictions. Or, parfois, la victoire ne tient qu’à un fil… Et cela en affole plus d’un.

Toutefois cette question du droit de vote des personnes atteintes de démence, doit être traité avec beaucoup de prudence. Certains individus malades restent tout à fait capables de comprendre les enjeux d’une élection et de se forger leur propre conviction. Par ailleurs, comme le précisent certains experts, il n’existe actuellement aucun moyen de vraiment tester l’aptitude d’une personne malade à voter. De plus, un avocat spécialisé souligne que « si conduire est un privilège, le vote reste un droit. »

Certes, la majorité des états peut retirer le droit de vote à une personne qui ne peut plus appréhender les problèmes de la vie quotidienne. C’est le cas des individus qui se trouvent sous tutelle par exemple. Le problème devient plus épineux, pour les autres personnes. Les spécialistes politiques s’interrogent donc maintenant sur la définition légale du niveau d’incapacité à partir duquel un individu ne devrait plus être en droit de voter…

Etats-Unis - A l'approche des élections se pose le problème du vote des malades d'Alzheimer


Publié le Jeudi 30 Septembre 2004 dans la rubrique Société | Lu 2619 fois