Bien-être

Esteem : un nouvel implant auditif invisible et sans microphone


Alors que près de cinq millions de Français souffrent de pertes d’audition, mais que seulement 20% d’entre eux sont appareillés, Esteem, une nouvelle génération d’implant auditif qui s’annonce « révolutionnaire », a été présentée dans le cadre du 114ème Congrès de la SFORL (Société Française d'oto-rhino-laryngologie) qui s’est tenu en octobre dernier à Paris.


Jusqu’en 2007, toutes les solutions proposées aux malentendants étaient basées sur la technologie du microphone dont la caractéristique principale est d’amplifier les sons.

Toutefois, les fréquentes difficultés de réglage, les distorsions acoustiques, les limites imposées à leur utilisation ou leur aspect esthétique parfois stigmatisant font que beaucoup de personnes potentiellement concernées renoncent à une prise en charge ou abandonnent leur prothèse après quelques semaines d’utilisation.

C’est dans ce contexte, que la nouvelle prothèse auditive Esteem, totalement invisible et sans microphone, qui s’annonce comme une alternative aux aides auditives classiques, a été présentée en octobre dernier à Paris.

S’appuyant sur une technologie de pointe, cet implant utilise la physiologie naturelle de l’oreille pour réceptionner et amplifier le son. Implanté par voie chirurgicale et réglable à la demande, ce système auditif est indiqué dans les pertes de perception. « Il s’agit du premier traitement médical à prendre en compte à la fois la perte auditive et l’aspect esthétique » affirment ses concepteurs. .../...
Esteem

Perdre l’audition, c’est se couper de la vie et des autres…

Quand leur surdité partielle n’est pas prise en charge, les personnes souffrant d’une perte auditive se retrouvent socialement isolées. A la longue, elles s’exposent à des troubles psychiques tels que la dépression, l’anxiété voire la paranoïa…

De l’oreille à l’audition, comment entend-on ?
Le système auditif est composé de trois parties distinctes :
- L’oreille externe, composée du pavillon et du conduit auditif qui mène au tympan.
- L’oreille moyenne, petite cavité contenant 3 osselets – le marteau, l’enclume et l’étrier - formant la chaine ossiculaire qui transporte les ondes sonores du tympan à l’oreille interne.
- L’oreille interne, où l’on trouve la cochlée.

Chaque partie joue un rôle particulier.
- Le pavillon capte les ondes sonores, les concentre et les envoie vers le conduit auditif ;
- Véritable caisse de résonnance, celui-ci amplifie les fréquences importantes pour la compréhension de certains sons ;
- Les ondes atteignent alors le tympan et en font vibrer la membrane ;
- Les osselets de l’oreille moyenne amplifient les vibrations du tympan et les transmettent à la fenêtre ovale de l’oreille interne ;
- Il se produit alors un déplacement de liquide dans la cochlée. Celui-ci met en mouvement les cellules ciliées, elles-mêmes reliées aux extrémités nerveuses qui convertissent ce mouvement en signaux électriques ;
- Ces signaux sont transmis via le nerf auditif au cerveau qui les interprète comme une perception auditive.

Deux types de surdité distincts
La surdité de perception atteint l’oreille interne, c’est-à-dire la cochlée et le nerf auditif. Elle touche principalement les personnes de plus de 50 ans ou survient à la suite de prises de médicaments toxiques pour l’oreille, de traumatismes sonores aigus ou chroniques, ou encore de tumeurs des voies nerveuses.

Elle peut généralement être corrigée par des appareils auditifs de type contours d’oreille ou pose d’implant cochléaire pour les surdités profondes.

La surdité de transmission touche l’oreille externe et/ou l’oreille moyenne. Elle est causée par des otites chroniques, des bouchons de cérumen ou l’otosclérose. Des médicaments ou une opération chirurgicale permettent généralement de récupérer l’audition.

Des solutions adaptées selon le degré de surdité

Pour les surdités légères, fréquentes à partir de 50 ans, il existe des prothèses ultralégères amplifiant le son des fréquences aigues altérées tout en maintenant une bonne perception des fréquences graves restées saines. Peu visibles, elles se composent d’un embout de plastique, non occlusif, placé dans l’oreille et relié par un fil à un petit boîtier placé extérieur. Elles permettent notamment de comprendre son interlocuteur dans un environnement bruyant.

Pour les surdités plus importantes, il existe des appareils de type « contour d’oreille » muni d’un embout occlusif et équipé d’un amplificateur puissant dont la batterie doit être fréquemment changée. Ces appareils, très présents visuellement, doivent être enlevés sous la douche et la nuit.

Les personnes pour lesquelles les aides auditives traditionnelles sont inefficaces (obstruction du conduit auditif, intolérances diverses..) peuvent parfois bénéficier d’implants. Le micro placé derrière l’oreille, ou caché sous la peau, est relié à un dispositif implanté dans l’oreille moyenne.

De l’appareillage conventionnel à la prothèse totalement implantable…

La prothèse conventionnelle a été inventée la même année que le téléphone en 1875. Elle se compose d’un microphone extérieur et d’un écouteur placé dans le conduit auditif externe. Son principal atout est d’être amovible et donc de pouvoir être testée par le futur utilisateur.

Mais l’appareil, très visible, est souvent délaissé pour des problèmes esthétiques car, dans les pays latins, porter un appareil auditif reste un signe de vieillesse. Autre inconvénient majeur : l’utilisateur doit changer la batterie toutes les 100 heures environ.

Il faut attendre 1998 pour les ingénieurs réussissent à mettre au point des dispositifs semi-implantables. L’amplificateur des vibrations est directement placé sur un des osselets de l’oreille moyenne, la pile et le microphone restant externes. Le son, capté par le microphone, est transmis vers l’intérieur du corps vers une antenne réceptrice placée sur l’amplificateur de vibrations. Ce dispositif reste visible et doit être retiré pour dormir ou se baigner…

Le premier système entièrement implantable fait son apparition en 2006. Le microphone est placé sous la peau derrière l’oreille. Il fonctionne grâce à un accumulateur qui se recharge tous les jours, pendant une heure environ, par un système de bobinage. Les vibrations sonores perçues par le micro sont amplifiées et font vibrer les osselets.

Depuis le début des années 2000, la société Envoy Medical propose ses prothèses auditives baptisées Esteem qui sont totalement implantables, utilisant les vibrations du tympan comme microphone naturel. « Sa totale invisibilité, sa batterie longue durée et la qualité perçue du son, permettent à la personne malentendante d’oublier qu’elle porte un appareil auditif » précisent les responsables de la marque. « Elle peut de nouveau parler sous la douche (pas de batterie à protéger) ou placer l’écouteur du téléphone normalement sur son oreille (pas de microphone situé au dessus de l’oreille sous la peau) ! »

Un implant qui s’annonce révolutionnaire

Seul implant au monde sans microphone, Esteem utilise le tympan comme microphone naturel. Il enregistre le son via le conduit auditif et tire partie de l’autonomie naturelle de l’oreille pour minimiser les bruits de fond, les distorsions acoustiques et fréquentes avec les appareils auditifs conventionnels.

Le système se compose d’un processeur audio, implanté derrière l’oreille externe et de deux convertisseurs, le capteur et le pilote implantés dans l’oreille moyenne. Le capteur enregistre les vibrations du tympan, du marteau et de l’enclume et convertit ces vibrations mécaniques en signaux électriques transmis au processeur audio. Le processeur audio, alimenté par une pile, filtre et amplifie les signaux électriques et les transmet au pilote. Le pilote reconvertit les signaux électriques en vibrations mécaniques et transmet celles-ci de façon effective sur l’étrier puis sur la cochlée. Et enfin, la télécommande individuelle permet d’activer ou de modifier les réglages de l’Esteem en fonction des besoins.

Des chirurgiens spécialisés pour une technique innovante

Avancée majeure dans les techniques de prothèses auditives, la pose de la nouvelle prothèse requiert la compétence de chirurgiens chevronnés. Cette chirurgie de pointe pratiquée sous anesthésie générale utilise les techniques opérationnelles usuelles sur la mastoïde. Concrètement, une incision est effectuée derrière l’oreille pour atteindre la caisse du tympan.

La longue apophyse de l’enclume est raccourcie et séparé de l’étrier. La pointe du capteur et celle du pilote pénètrent jusque dans l’oreille moyenne. Le chirurgien relie la pointe du capteur à l’enclume et la pointe du pilote à l’étrier. Le processeur audio est implanté derrière l’oreille sous la peau et relié avec des câbles isolés du capteur et du pilote.

L’intervention dure environ quatre heures car le chirurgien effectue lui-même les tests de fonctionnement de l’appareil pendant la chirurgie. L’implantation nécessite une hospitalisation de 48 heures. L’appareil lui-même ne sera activé qu’après cicatrisation complète environ six à huit semaines plus tard.

Pour une surdité de perception moyenne à sévère sur une oreille saine

L’Esteem améliore la capacité d’audition de nombreux adultes présentant des déficits moyens à sévères de l’oreille interne.
Ses indications sont :
- Surdité de perception stable
- Surdité modérée ou aiguë se situant dans la zone audiométrique indiquée
- Compréhension vocale d’au moins 60%
- Fonction normale des trompes d’eustache
- Anatomie normale de l’oreille moyenne
- Espace anatomique suffisant pour l’implant auditif.

Une nouvelle génération d’appareils permet, par ailleurs, de couvrir des plages audiométriques encore plus larges qu’auparavant. En pratique, un plus grand nombre de patients malentendants pourront donc bénéficier de cette technologie de pointe.

Des matériaux fiables et sûrs : les composants et matériaux utilisés dans l’Esteem sont les mêmes que ceux des stimulateurs cardiaques et des autres produits médicaux actifs implantables.
- Une qualité des sons jamais atteinte par une prothèse : en l’absence de bruits parasites et de fond des appareils auditifs « classiques », il redevient possible de parler au restaurant ou dans un environnement bruyant.
- L’esthétique préservé : l’implant est parfaitement invisible de l’extérieur.
- La reprise d’une vie normale : à la différence des autres prothèses auditives, qui craignent l’humidité, Esteem permet les activités physiques et reste efficace sous la douche.
- Une liberté totale : une fois implantée, la prothèse auditive ne nécessite aucune maintenance. La pile peut durer jusqu’à 9 ans en fonction du niveau d’utilisation :
- Implant activé 8 heures par jour jusqu’à 9 ans d’autonomie.
- Implant utilisé 16 heures pas jour c’est 6 ans ½ d’autonomie.
- Implant activé 24 heures par jour, 7 jours sur 7, jusqu’à 4 ans
1/2 d’autonomie. La batterie se remplace chirurgicalement par une petite incision derrière l’oreille sous anesthésie locale (30 minutes d’intervention).

Témoignage du Dr Thibaut Dumon, Chirurgien-ORL, Clinique du Docteur Jean Causse (Béziers)

« Lorsqu’un patient consulte pour une perte auditive, nous établissons un diagnostic précis avant de lui présenter toutes les solutions d’appareillage auditif, des prothèses conventionnelles aux implants. Si le patient répond aux indications d’Esteem et s’il est intéressé par ce système implantable, je lui demande de se soumettre à des examens complémentaires : un scanner des oreilles pour s’assurer qu’il n’y a pas d’obstacle anatomique à une implantation et une IRM crânienne qui permettra de dépister une éventuelle anomalie intracrânienne méconnue.

La deuxième consultation a lieu environ deux mois plus tard. D’autres examens concernant l’audition et l’équilibre sont alors effectués. Si tous les critères d’indication sont remplis, l’implantation est confirmée. Le patient est informé dans le détail sur l’acte chirurgical et ses conséquences.

L’intervention en elle-même se fait sous anesthésie générale. Pour la préparation de l’oreille, nous suivons les procédures classiques utilisées dans la chirurgie des autres implants d’oreille moyenne. En revanche, pour la mise en place de l’implant lui-même, l’acte chirurgical devient très sophistiqué. Nous validons à chaque étape la procédure qui vient d’être effectuée grâce à un système de vibrométrie laser. Ce contrôle régulier, qui n’existe pour aucun autre implant, explique que l’opération dure entre 4 et 5 heures mais il garantit que la prothèse fonctionne comme elle doit fonctionner.

Les suites de l’opération sont peu douloureuses. La région de l’oreille est certes endolorie mais, après 4 jours d’hospitalisation, le patient repart chez lui sans pansement ni soins. Il suffit de laisser l’oreille cicatriser.

Nous nous reverrons 6 à 8 semaines plus tard, en présence de l’audioprothésiste de la clinique et de celui d’Envoy Medical pour l’activation de la prothèse. Les témoignages des patients implantés sont très impressionnants. Tous décrivent une audition de qualité très naturelle et une amélioration importante dans les ambiances bruyantes.

De mon point de vue de praticien, cet implant apporte de véritables innovations. D’une part il est totalement implantable, d’autre part il utilise le tympan pour capter les sons et enfin sa batterie dure plusieurs années. Ce système très performant va certainement faire bouger le monde de l’audition !
»

La technologie piezo électrique expliquée par le Pr Bruno Frachet, Groupement hospitalier universitaire Avicenne.

« Pour entendre, le son présent dans l’air doit être conduit par une chaîne de 3 osselets vers l’oreille interne où se fera la perception nerveuse. En cas de mauvaise audition, l’oreille interne a été atteinte dans sa sensibilité et les vibrations doivent être amplifiées pour déclencher une sensation sonore. C’est comme une plaque photographique, devenue moins sensible à la lumière et pour laquelle on serait obligé d’éclairer plus fort.

A la différence des prothèses auditives conventionnelles qui fonctionnent avec un microphone, Esteem utilise la technologie piezo-électrique, un procédé ancien et bien maîtrisé, mais appliqué pour la première fois à l’audiologie. Les ingénieurs ont, en effet, eu l’idée de tirer partie des propriétés du quartz : quand on comprime ce cristal auquel on a fixé deux fils électriques, on récupère du courant. A l’inverse, si on met du courant électrique au bout de ces deux fils, le quartz se met à vibrer.

Lors de l’implantation du système Esteem, le chirurgien place un quartz sur l’enclume. Sensible aux vibrations naturelles du tympan, il produit du courant. Ces vibrations électriques sont amplifiées, comme on monte le son d’une chaîne, puis le courant est appliqué à un deuxième quartz fixé sur l’étrier. Lui-même produit des vibrations qu’il transmet à l’oreille interne.

Pour reprendre la comparaison, d’un côté un quartz est utilisé en microphone, de l’autre en haut-parleur. Entre les deux, la transmission de la chaîne est interrompue pour éviter les sifflements indésirables. Le chirurgien incise l’enclume avec un laser, mais cette opération est réversible en cas de nécessité.

Le système piezo-électrique respecte le système naturel du mécanisme sollicité : il utilise le tympan, dédié par nature, à la captation des sons, mais aussi le pavillon et le conduit auditif qui interviennent dans la sélection de certaines fréquences et la localisation des sons. Une fois rétablie l’audition est très claire.

Cette technique très innovante ouvre de grandes perspectives. A l’avenir, elle sera probablement utilisée dans d’autres dispositifs vibratoires et, en particulier, les implantations cochléaires
».
Lu 27624 fois
Publié le Lundi 17 Décembre 2007




Réagir à cet article :


1.Posté par BEDU le 11/08/2008 12:48
Messieurs
Je vous demande de bien vouloir m'envoyer plus de renseignements concernant l'implan invisible sans microphone.
Tant qu'il ya la vie il ya de l'espoir

Mme BEDU SABAH

2.Posté par PAYET Jean-paul le 02/09/2008 12:10
Je suis atteint de surdité de perception depuis l'àge de 7 ans (aujourdhui j'en ai 58) suite aux effets secondaires de la streptomycine. Un "handicap" qui n'a pas contribué à mon épanouissement : plaisanteries moqueuses de mes petits camarades...
Ma hantise quand j'étais à l'école : la dictée. Il m'est arrivé un jour, quand un nouveau prof a décidé de nous faire une dictée, de faire 20 fautes, alors que dans l'ensemble j'étais assez fort en orthographe. Evidemment, j'écrivais souvent un mot à la place d'un autre provoquant l'hilarité de toute la classe. Quand le prof était en face de moi, ça pouvait aller, car je lisais sur ses lèvres, mais, çà marche un prof en dictant, et quand il était derrière moi il m'arrivait de me retourner pour bien capter, immaginez un peu ce que c'était ! Autre chose qui ne m'a pas été profitable : étant donné que j'avais du mal à suivre une conversation, j'avais pris la mauvaise habitude de rigoler à tort et à travers en écoutant les autres, en supposant que ce qui se disait était rigolote, (alors que çà ne l'était pas) aggravant ainsi mon petit côté "idiot" de la classe. Malgrés tout, je me suis accroché à la vie, nonobstant un petit côté hypernerveux, surabondant en tic et autre petites mimiques gestuelles, j'avais un certaine résistance physique et je savais me faire respecter si on dépassait les bornes, en jouant du poing si besoin était . J'ai quand même eu une carrière de fonctionnaire et suis aujourdhui retraité "père de 3 enfants" (tout à fait normaux, lol) et fier de l'être. Mais je suis toujours très malentendant hélas ! Et çà s'est même aggravé avec l'àge. Et je découvre cet Esteem qui semble correspondre exactement à mes besoins. C'est cher cette petite merveille? Merci à vous si vous pouvez me renseigner d'avantages .

3.Posté par fanfan le 18/09/2008 15:47
mon fils atteint d'une surdité très très très sévère, oreille droite cophose, oreille gauche prothèse auditive ( réglé au maxi pour avoir un gain à 80 ), a été suivi par le crop et actuellement le ssefis. Aujourd'hui, on nous parle d'implant, une méthode inconnu ou très mal expliqué à mon gout. Est-ce possible d'implanté son oreille cophose????

4.Posté par FAURE Maryse le 27/10/2008 14:27
opérée d'un neurinome de l'oreille interne droite en 1998 je suis restée complètement sourde à droite. (nef auditif coupé lors de l'opération.
Pouvez vous m'indiquer si un implant wifi me serait utile et si oui pouvez vous 'indiquer approximativement le prix de l'implant . je ous remercie

5.Posté par dulot le 22/11/2008 15:21
j'ai des problème d'audition depuis 1996 suite a ma première grossesse qui s'aggrave de plus en plus.je suis appareiller mais mon appareil me gène trop et pour mon travail se n'est pas l'idéale vu que je travaille dans une laverie industrielle il y a beaucoup d'humidité. j'ai était reconnue travailleur handicapé par la cotorep je n'ai que 30 ans mon audition va encore baisser je viens d'avoir un bébé il a 3 mois et je ne l'entent pas pleuré si je ne suis pas dans la même pièce.ses implants serai pour moi une seconde naissance je suis vraiment intéresser si vous pouviez me renseigner pour savoir comment faire pour en bénéficier.merci d'avance.

6.Posté par SERGEL le 31/12/2008 10:14
J’ai 60 ans, des acouphènes aux deux oreilles, une surdité importante et progressive depuis l’âge de 30 ans. Toujours en activité professionnel, j’envisage difficilement le port les prothèses auditives externes. Je cherche une autre solution, car mon audition ce détériore dangereusement !

7.Posté par hamidi lahcene le 14/01/2009 21:02
j'ai eux une intervention ,pour l'implantation ,de tympan, ça fait deux mois ,passé , je me sent la meme chose, qu'avant ,j'endent pas plus de 70 pour cent ,pour quoi .exeplique moi ça s'il vous plait , merci

8.Posté par francois le 14/03/2009 13:42
merci de votre commentaire, c'est bien fait.

9.Posté par Marie le 29/03/2009 19:29
J'ai 36 ans, cela fait maintenant 4 ans que j'ai des problèmes d'audition. J'ai été opérée en juin dernier d'une otospongiose de l'oreille droite. Si les résultats n'étaient pas flagrants, j'avais cependant récupéré une audition à 70%. Mais il y a 3 semaine j'ai brusquement perdu toute l'audition dans cette même oreille. Hospitalisée en urgence j'ai été traitée pour une surdité brusque ( corticoïdes et carbogène) et suit actuellement un traitement de vasodilatateurs. Je n'ai rien récupéré, et mon orl ne me laisse aucun espoir quant à une possibilité de récupération. Le problème, c'est que je n'ai que 60 % d'audition à gauche et que, si je n'entends rien à droite, certaines fréquences me sont pourtant insupportable. Je suis dans l'incapacité d'assurer mon travail mais mon orl semble dans l'incapacité de trouver une solution (dixit "je n'ai jamais vu ça, je ne comprends pas...) . Je ne sais plus quoi faire, ni où me renseigner, on m'a parlé d'implant, les gens atteints d'otospongiose peuvent-ils beneficier de cette technique?

10.Posté par PAYET J. PAUL le 30/03/2009 19:04
bonjour à tous ! Je constate qu'il y a de plus en pus de gens qui ont des prolèmes de surdité et qui ont du mal a vivre avec ! Ceci dit, j'ai commencé à rêver quand j'ai appris l'existence de l'implant "Esteem". Hélas j'ai vite déchanté quand ils m'ont envoyé le tarif : 19 000 euros pour une oreille ! C'est que je ne m'appelle pas Bill Gates ! je crois que je vais m'en passer. Tant pis et bon courage à vous !

11.Posté par lebert le 07/06/2009 15:07
Apres avoir lu chaque post ; je n'apperçois aucunes réponses aux questions posées !
Ou trouve t'on ces réponses qui seraient fort intéressantes ?
Moi aussi sourd dont une oreille cophose et l'autre avec seulement 9 % d'audition ,
et avec des accouphènes (parfois très très fort) !
Appareillé , mais difficile a vivre ! Surdité + accouphènes .
Esteem est vraiement hors de prix , peut de persoones pourront en bénéficier !
les réponses des posts serons bienvenue ! Merci.






Suivez-nous sur Facebook


Newsletter : restez informés par email

Retrouvez-nous sur les réseaux