Sommaire
Senior Actu

Espagne : Plus de deux millions de femmes souffriraient de l’ostéoporose


Lors du 8è Congrès National de l’Association Espagnole pour l’Etude de la Ménopause (AEEM) qui a eu lieu récemment à Grenade (Espagne), des experts ont fait le point sur les causes, les conséquences et les mesures à prendre en ce qui concerne la prévention et le traitement de l’ostéoporose.

Cette pathologie se caractérise par une diminution de la masse osseuse et par des anomalies de la qualité du tissu osseux, ce qui entraîne une fragilisation des os et donc une augmentation des risques de fractures lors des chutes. 2,5 millions de femmes souffriraient de cette maladie en Espagne. Il est donc important de réaliser des diagnostics précoces chez les sujets à partir de 65 ans. Cependant et compte tenu du coût élevé et du peu d’appareils disponibles, il semble nécessaire de bien identifier les personnes sur lesquelles il est impératif de procéder aux tests de densitométrie osseuse, rappelle un des médecins.

Par ailleurs, un des chercheurs souligne qu’idéalement la prévention devrait commencer dès l’enfance et se poursuivre tout au long de la vie, en adoptant une alimentation riche en calcium, en pratiquant des exercices physiques régulièrement, en ne fumant pas… Pour ce qui est des risques héréditaires, on peut citer les antécédents familiaux et la « couleur de la peau », sachant qu’apparemment, une femme de race blanche, serait plus sujette à cette pathologie qu’une femme asiatique ou encore qu’une femme de race noire.

Selon l’association, l’ostéoporose serait responsable, en Espagne, de 90 000 fractures de la hanche et 500 000 fractures des vertèbres par an. Cette la raison pour laquelle, un de experts considère que cette pathologie doit être traitée comme « un problème sanitaire de premier ordre » et que l’énorme impact socio-économique qu’elle entraîne doit être pris en compte, sachant que sa progression va être croissante à cause du vieillissement de la population.

Enfin l’AEEM estime que le coût économique direct engendré par les fractures sur les frais hospitaliers s’élève à plus de 120 millions d’euros par an. Aussi, elle souligne, qu’une femme sur deux de plus de 50 ans, pourrait être victime d’une fracture due à l’ostéoporose et qu’un tiers des personnes âgées de 80 ans sera victime d’une fracture de la hanche. Ce type de fracture entraînant un taux de mortalité élevé, puisqu’un quart des sujets décède dans l’année.


Publié le Jeudi 6 Mai 2004 dans la rubrique Santé | Lu 400 fois