Sommaire
Senior Actu

Escapade bretonne dans les Côtes d'Armor

Depuis peu, le TGV relie Paris à certaines villes bretonnes en un peu plus de deux heures. C’est le moment de faire son baluchon pour un week-end revigorant et gourmand dans la baie de Saint-Brieuc.


La petite station balnéaire de vos rêves s’appelle Les Rosaires. Elle a été construite au début du siècle dernier sous l’impulsion de l’architecte Paul Marteroy et de ses deux complices, les Frères Rosengart.
 
Un grand nombre de villas cossues, toutes construites dans le même style et utilisant la même pierre, ainsi que le fameux Hôtel Rosaria, ont ainsi vu le jour en un intervalle de temps très court, donnant à l’ensemble une grande homogénéité.
 
Les années ont passé mais les villas sont encore là, à peine jouxtées par quelques constructions plus modernes. Et ce n’est pas une mince part du charme qui se dégage de cet endroit hors du temps.
 
Située sur la commune de Plérin, la station est facilement accessible depuis la gare SNCF de Saint-Brieuc où il est possible de louer un véhicule, à moins de préférer l’autobus qui assure la liaison, sachant que tout peut se faire à pied une fois sur place.

Pour se loger, une seule bonne adresse, les hôtels étant maintenant fermés : la Villa Kerlubec, appartenant à monsieur et madame Aveline. C’est une maison d’hôtes de charme installée dans une villa typiquement rosarienne, meublée avec un gout discret qui fait qu’on s’y sent très vite comme chez soi. Pensez à réserver car il n’y a que cinq chambres et l’endroit, face à la mer, est très convoité.
 
La plage de sable fin, qui se découvre sur plusieurs centaines de mètres à marée basse, s’étend sur plus de deux kilomètres depuis la Pointe de Tournemine jusque la Pointe de La Horaine. Un sentier des douaniers, situé sur la corniche et d’accès relativement facile, permet d’admirer le site dans toute sa beauté. En saison, l’eau y est douce, de plus en plus chaude quand on va vers les rochers à l’est alors qu’en même temps, le maillot de bain est… de moins en moins exigé.
 
Après la baignade on peut aller manger une crêpe à la crêperie Les Rosaires, seul vestige encore public du mythique hôtel Rosaria, qui occupe une partie de l’ancienne grande salle à manger. On peut ainsi y admirer quelques fresques et moulures qui décoraient toute la pièce et rêver aux dîners dansants qui firent tourner bien des têtes à la Belle Epoque.
 
Il est temps maintenant de retourner à sa chambre pour se dessaler, enfiler quelques vêtements un peu plus chauds mieux adaptés à la fraîcheur bretonne et aller prendre l’apéritif au Ferry, nouvelle enseigne du mythique Roi d’Ys, connu de tous les Briochins. Là, confortablement installé dans de beaux fauteuils en cuir, face à la mer qui va et qui vient, on se dit, face à cette calme immensité que l’agitation des villes est bien loin. 

Escapade bretonne dans les Côtes d'Armor
Passée la rêverie, des contingences plus matérielles vous ont donné un bon appétit. Une bonne raison d’aller dîner au West Coast tout près, petit restaurant qui occupe les lieux de l’ancien Syndicat d’initiatives-Tabac-Journaux des années cinquante, tenu de main de maître par le chef Laurent Hautemulle et toute son équipe. Si la météo le permet, on peut s’installer sur la terrasse face à la mer. Sinon, les tables à l’intérieur sont bien disposées pour ménager des coins intimes propres à la confidence.
 
La cuisine est fine, raffinée, iodée et de terroir à la fois, juste image de cette Bretagne où terre et mer se côtoient si harmonieusement. L’addition se fait vite oublier lors de la promenade digestive le long de la digue où la mer, maintenant dans l’ombre, fait rouler les galets épars sur le sable. Les plus audacieux pourront risquer un bain de minuit si la marée est favorable.
 
Le visage humidifié par les embruns salés vous rejoignez votre chambre en faisant un peu grincer l’escalier en bois. Peut-être, n’ayant pas encore sommeil et souhaitant prolonger un peu cette journée de rêve, aurez-vous envie de vous attarder au salon ou sur la petite terrasse d’où clignotent les lumières du Val André et d’Erquy de l’autre côté de la baie. Vous éteignez enfin la lumière. Demain sera un autre jour.

TGV Paris-Saint Brieuc 2h20 environ

Villa Kerlubec Mr et Mme Aveline kerlubec.com  tel : 06 10 48 22 27
Crêperie Les Rosaires tel : 02 96 75 62 37
Brasserie Le Ferry tel : 09 54 29 89 22
Restaurant Le West Coast tel : 02 96 58 07 53 


Publié le Mercredi 2 Août 2017 dans la rubrique Tourisme et loisirs | Lu 386 fois