Sommaire
Senior Actu

Entretien avec Martine Croce, chargée de mission auprès des 'Aînés du Queyras'


Entretien avec Martine Croce, chargée de mission auprès des 'Aînés du Queyras'

Pouvez-vous nous présenter votre association et plus particulièrement l'action qu'elle mène auprès des personnes âgées ?

L'association culturelle, sociale et sportive du Queyras (ACSSQ), est composée de 13 salariés. Outre ses actions « jeunesse », « nouvelles technologies » et « culturelles », le service « Aînés » assurent au centre social intercommunal une dynamique de développement en cohérence avec nos besoins locaux spécifiques.

Notre service « Aînés » existe depuis trois ans déjà. « Rompre l'isolement des Aînés au coeur du Queyras » est d'ailleurs devenu la devise de notre organisation.

En effet, il faut se rendre compte de la particularité de ce parc naturel régional qui se trouve dans le département des Hautes-Alpes (05). Le Queyras se trouve dans la vallée la plus haute des Alpes. Notre isolement géographique -60 000 hectares pour 2.500 habitants- et la vie en haute montagne -villages situés entre 1.500 mètres et 2.000 mètres d’altitude- rendent les déplacements difficiles à cause de l'éloignement et du mauvais état des routes -neige et glace.

Toutefois, dans notre région, les traditions sont restées très présentes chez les personnes âgées : fêtes de village –nous venons de tuer le cochon-, travail de la terre, élevage et importance des relations familiales... Nous devons donc tenir compte de tout cela pour l'organisation de nos activités quotidiennes. Par exemple, l'absence de réseau santé nous a orienté vers la mise en place d'actions ponctuelles en partenariat avec la DDASS et la CPAM.

Quelles sont les spécificités que vous rencontrez du fait même de votre situation géographique ?

Dans chaque village, dans le cadre de la lutte contre le cancer, un minibus récupère les femmes seniors qui souhaitent se rendre à la mammographie. Il faut rouler environ 1 heure et quart avant d’atteindre l’hôpital. L’ambiance est conviviale et chaleureuse. Le fait de s’y rendre à plusieurs, dans le bus, permet de dédramatiser ce moment qui se clôture généralement par une boisson prise dans un bar de Briançon. Ces femmes âgées ne feraient probablement pas cette démarche de dépistage si on ne les accompagnait pas : manque d’informations, de moyens de transport, peur de s’y rendre seule… La sortie de groupe facilite les choses. Le principe est le même pour la campagne anti-grippe. On rassemble tous les seniors de plus de 65 ans pour qu’ils se fassent tous vacciner gratuitement et en même temps.

Par ailleurs, une fois par semaine et pendant une durée de 10 semaines, nous organisons dans un village un atelier mémoire. Celui-ci se compose d’exercices attractifs qui viennent solliciter le cerveau à travers l’ensemble de ses fonctions. De plus, en collaboration avec la CPAM, une ergothérapeute et une diététicienne se déplacent dans les villages pour informer les personnes âgées sur les risques de chute et l’importance de bien se nourrir. En effet, dans la région, notre régime alimentaire n’est pas toujours équilibré. Nous consommons beaucoup de féculents et de viandes. Peu de légumes verts, de fruits ou de poissons. Autant d’aliments variés que les seniors devraient consommer régulièrement, mais que nous ne trouvons pas toujours facilement. Pourtant, une fois par mois et par village, nous desservons -via un service de livraisons à domicile- les personnes les plus isolées ou rencontrant des difficultés pour se déplacer, même temporairement.

Une fois par mois, notre association, l’ACSSQ finance aussi le transport d’un pédicure. Seuls les soins restent à la charge des aînés. Les fait de centraliser les inscriptions par village, permet à la pédicure de venir plus régulièrement.

Enfin, pour de combattre l’isolement, en collaboration avec une équipe de bénévoles du Secours Catholique, chaque personne isolée ou en difficulté -même temporaire-, est visitée afin d'essayer de trouver des réponses à ses problèmes et de maintenir une relation.

Que souhaitez-vous pour les aînés de votre région ?

Entretien avec Martine Croce, chargée de mission auprès des 'Aînés du Queyras'
Nous souhaitons redonner aux personnes âgées du Queyras leur « juste place ». « Lou pair grand » et « Lou mair grand »* ne sont plus laissés de côté, abandonnés, car leur savoir et leurs traditions deviennent notre ressource.

Une fois par mois et par village, nous organisons des journées récréatives et culturelles, des rencontres intervillages où chacun peut échanger autour d’une partie de cartes et de quelques gâteux, même avec nos voisins transfrontaliers, nos amis italiens.

Propos recueillis par Jean-Philippe Tarot © Senioractu.com 2004

* grand père et grand mère en provençal


Publié le Mercredi 3 Novembre 2004 dans la rubrique Social | Lu 2875 fois