Sommaire
Senior Actu

En Catalogne, plus de 8.000 seniors vivent dans des appartements en ruine

Barcelone : ses plages, ses nuits endiablées, sa route du modernisme, sa fondation Miro, l'un des meilleurs clubs de football d'Espagne, etc. Mais aussi de très nombreuses personnes âgées, parmi les plus pauvres, qui par manque de moyens, vivent dans des taudis insalubres et sans confort en plein coeur de cette ville fabuleuse. Tel est le constat d'un récent rapport intitulé "Vieillissement et Habitat" présenté la semaine dernière dans la capitale catalane.


Ce nouveau rapport ne fait que confirmer ce que de très nombreux catalans savent déjà : qu’une grande partie des immeubles -notamment dans le centre historique de la ville de Barcelone- sont insalubres, et que les personnes âgées de Catalogne sont fortement touchées par la pauvreté.*

Ainsi, selon cette nouvelle enquête « Vieillissement et Habitat », réalisée dans la région de la Catalogne au nord est de l’Espagne, et présentée la semaine dernière à Barcelone par l’architecte Jordi Bosch, 8.000 personnes âgées vivent dans des logements considérés comme étant en « ruine », 6.000 n’ont pas l’eau courante et 16.000 ne sont pas équipés de lavabos.

Pour l’auteur de cette étude, le problème est que « les personnes âgées vivent des appartements très anciens, moins accessibles et moins bien équipés. De plus, c’est dans cette tranche d’âge que l’on trouve les Catalans les plus pauvres ». Et l’architecte d’ajouter que la « majorité des appartements en ruines se trouvent dans les centres historiques des villes, et plus particulièrement à Barcelone dans deux quartiers : la Ciutat Vella et l’Eixample. »
En Catalogne, plus de 8.000 seniors vivent dans des appartements en ruine

En Catalogne, plus de 8.000 seniors vivent dans des appartements en ruine
De plus, ce rapport soulève que même si 85% des aînés sont propriétaires de leur logement, un bon nombre des 15% restant qui sont locataires, sont confrontés au harcèlement immobilier. « Le pourcentage de loyers anciens, peu élevés et forcément reconductibles est plus élevé chez les seniors » souligne M. Bosch qui ajoute « que dans certains cas, le propriétaire du logement, compte tenu de la faible rentabilité de son bien, perd tout intérêt à le réhabiliter et même à l’entretenir ».

Cette situation peut entraîner un effet de « mobbing immobilier ». Cette expression est dérivée du mot anglais « to mob » qui signifie « attaquer, malmener ». Ramener au monde de l’immobilier, cela signifie qu’un propriétaire ne s’occupe plus de ses biens, ni des problèmes de ses locataires, dans le but de les voir lâcher un appartement. Toutefois, dans la mesure ou les personnes âgées n’ont absolument pas les moyens, ni de partir pour trouver quelque chose de mieux, ni de payer les frais de travaux d’aménagements, ils se retrouvent dans des logements totalement insalubres voire dangereux.

Enfin pour Jordi Bosch, il existe encore un dernier problème : l’accessibilité. Sur plus d’un million de seniors catalans, environ un tiers souffrent d’au moins un handicap qui limite leur mobilité. Or, les trois-quarts de ces personnes âgées vivent dans des immeubles non accessibles et presque les deux-tiers (60%) n’ont pas d’ascenseur.

En conclusion, l’architecte préconise la construction d’un parc locatif subventionné à destination des aînés, la mise en place d’aides visant à améliorer les logements des personnes âgées, l’interdiction du « mobbing » et la création de solutions de financement de travaux de réhabilitation ou de réaménagement pour les seniors.

En Catalogne, plus de 8.000 seniors vivent dans des appartements en ruine
* Selon une étude de l’année dernière, en Catalogne, un senior sur trois (33% des plus de 64 ans) ne parviendrait pas à « joindre les deux bouts » en fin de mois.

Le taux de pauvreté le plus élevé de la région revient aux foyers dans lesquels le chargé de famille à plus de 64 ans.

Rappelons que toute personne touchant moins de 5 800 euros par an, soit 483 euros par mois est considérée comme pauvre ou en danger de pauvreté.


Publié le Lundi 26 Septembre 2005 dans la rubrique Habitat | Lu 6056 fois