Sommaire
Senior Actu

Du cannabis contre Alzheimer

Selon une récente étude réalisée sur des rongeurs par le docteur Andras Bikei-Gorzo de l’Université de Bonn en Allemagne, le THC (tétrahydrocannibol), le composant psychoactif que l’on tire du cannabis, pourrait s’avérer efficace pour améliorer les performances des cellules grises vieillissantes.


Le cannabis … Depuis quelques temps, cette drogue est autorisée dans certains états des Etats-Unis* pour lutter contre la douleur, notamment chez certaines personnes atteintes de cancer. Mais cette nouvelle étude propose une autre utilisation de cette herbe qui a fait « planer » des générations et des générations d’êtres humains.
 
En effet, le docteur Andras Bikei-Gorzo de l’Université de Bonn en Allemagne réalise depuis plusieurs mois, une étude sur les effets du THC, la fameuse molécule que l’on trouve dans « l’herbe », sur les cerveaux fatigués de rongeurs. Et les résultats semblent prometteurs.
  
Pour parvenir à ces conclusions, le chercheur a administré du THC (à faible dose) à des souris âgées de deux, douze et dix-huit mois. Il les a ensuite soumis à des exercices de mémoires. Il s’est avéré que les plus vieilles, grâce au cannabis, auraient retrouvé la même « vivacité d’esprit » que leurs congénères plus jeunes. En revanche, et paradoxalement, les jeunes souris ayant consommé du cannabis, n’auraient pas aussi bien réussi leurs exercices de mémoire que les plus âgées !
 
Afin de confirmer -ou pas- ces résulats, le docteur Andras Bikei-Gorzo envisage désormais de réaliser la même étude sur des personnes âgées de 60 à 70 ans. Cela devrait permettre de vérifier sa théorie et de voir si effectivement, la THC a des effets cognitifs positifs sur le cerveau des ainés. « Si nous parvenons à rajeunir le cerveau de cinq ou dix ans sans avoir recours à des soins, cela serait déjà plus important que ce que nous espérons » indique Andras Bikei-Gorzo.
 
Si ses résultats sont concluants, le cannabis pourrait ensuite être utilisé dans le traitement de démences de type Alzheimer. Toutefois, que le choses soient claires ! Il ne s’agit en aucun cas d’inciter à fumer du cannabis. L’action du THC ne fonctionne qu’à un dosage faible très précis, bien moins élevé que celui d’un joint, qui de plus, contient de par sa fumée, de nombreux produits toxiques…
 
Cette étude à paru dans la revue scientifique Nature Medicine.
 
*A l’heure actuelle, 29 états américains (dont New York) autorisent le cannabis à usage strictement médical, mais ce n’est pas le personnel qui le fournit ou l’administre aux patients pour des raisons légales.      


Publié le Lundi 15 Mai 2017 dans la rubrique Santé | Lu 1025 fois