Sommaire
Senior Actu

'Disgrâce à la cour' : mieux connaître Fénelon grâce à ce beau premier roman


François de Salignac de la Mothe-Fénelon à la fin du XVII siècle est au faîte de sa gloire. Il est depuis 1689 précepteur du duc de Bourgogne, petit-fils de Louis XIV. En 1693 il est élu à l’Académie française et nommé en 1695 évêque de Cambrai. C’est en 1697 qu’il tombe en disgrâce à la suite d’une controverse théologique qui l’oppose à Bossuet à propos de la doctrine du « pur amour ».

'Disgrâce à la cour' : mieux connaître Fénelon grâce à ce beau premier roman

Anne-Sophie Jacouty saisit le Cygne de Cambrai au moment de son retour dans le Périgord natal. Elle nous fait connaître un Fénelon particulièrement proche, aussi attentif aux autres qu’il l’est à Dieu. Elle nous fait sentir que son amertume s’est dissoute dans l’humilité. Nous partageons sa méditation sur sa disgrâce, sur les jeux de la cour.

Les abords de la Vézéve et de la Dordogne sont l’allégorie des pensées qui tendent le prélat lorsqu’il consent à l’exil royal tant « le dénuement du Périgord s’avérait, lui, d’une intransigeance certainement supérieure par ses duretés quotidiennes ».

Nous accompagnons Fénelon dans son obéissance à la royauté et à l’église mais aussi dans l’aboutissement plénier de son renoncement paisible provoqué par l’inquiétude d’une vie spirituelle authentique dans laquelle il fonde sa liberté « car, qu’était la liberté sinon la capacité d’accueil de la vie, du consentement et du don, l’amour désintéressé et la compassion gratuite, l’aptitude à choisir selon les principes d’une fidélité morale étrangère aux dépendances de ce monde ? ».

L’acceptation de son destin sans reniement de ses convictions est la leçon de sagesse que nous livre ce beau, souvent émouvant, premier roman.

L’Aigle et le Cygne
« Du coté où se lève le soleil »
Anne-Sophie Jacouty
Edition Philippe Rey
268 pages – 19 euros


Publié le Lundi 14 Août 2006 dans la rubrique Culture | Lu 13230 fois