Sommaire
Senior Actu

Diabète : une maladie qui reste mal connu du grand public selon une enquête européenne

Dans le cadre de son engagement pour sensibiliser et informer le grand public pour une meilleure prévention du diabète, le laboratoire pharmaceutique danois Novo Nordisk vient de présenter les résultats d’une enquête réalisée en juin 2012 par l’institut TNS*. Conclusion : aujourd’hui en France 600.000 à 800.000 personnes ignorent qu’elles sont atteintes de diabète et ne bénéficient donc pas d’une prise en charge médicale.


L’objectif de cette enquête était d’évaluer le niveau de prise de conscience et de connaissances sur le diabète dans la population générale et de mettre en évidence les éventuelles idées reçues sur les causes, les risques et les complications du diabète.

« Aujourd’hui en France, 600 000 à 800 000 personnes ignorent qu’elles sont atteintes de diabète et ne bénéficient donc pas d’une prise en charge médicale », souligne le professeur Lyse Bordier, endocrinologue à l’Hôpital d’Instruction des Armées Bégin.

De fait, le constat en France est inquiétant. Près de 70% des personnes interrogées ont un risque de développer un diabète et 20% des personnes à risque n’ont pas effectué d’analyse de sang. De plus, seulement 46% des Français savent que le diabète peut augmenter le risque d’accident vasculaire cérébral et 60% que la cécité peut être provoquée par le diabète.

La méconnaissance de la maladie expose donc de nombreux Français à ne découvrir cette affection qu’au moment des complications, c’est-à-dire trop tard pour les prévenir. La France reste, par ailleurs, le pays où le sentiment de stigmatisation des personnes diabétiques est le plus fort. Ainsi, 27% des personnes interrogées considèrent que le fait d’être diabétique est associé à une certaine stigmatisation. Ce chiffre atteint 40% pour les patients diabétiques, témoignant de leur malaise.

« Afin d’améliorer cet état de fait, il est nécessaire de sensibiliser et d’informer le grand public sur le risque que fait planer le diabète sur tant de nos concitoyens et de dépister les sujets prédisposés à la maladie. La prévention, qui est primordiale, passe en premier lieu par l’amélioration du mode de vie à travers une alimentation équilibrée et une activité physique régulière », précise le professeur Lyse Bordier.

Mais le diabète n’est pas une fatalité : que faut-il changer ?

La prévention est possible et 58% des personnes exposées à un risque élevé de développer un diabète pourraient éventuellement retarder ou éviter la survenue d’un diabète de type 2. Un diagnostic précoce est également important car, associé à un traitement efficace, il permet de réduire le risque de développer des complications liées au diabète nécessitant des traitements coûteux.

L’information et la formation des personnes diabétiques, de leurs familles et des professionnels de santé doivent être renforcées afin d’optimiser la prise en charge et de l’intégrer de manière efficace dans la vie quotidienne des patients. Enfin, assurer un contrôle glycémique régulier doit constituer une priorité. En effet, 50% des patients diabétiques ne considèrent pas cet objectif comme important. Ils sont donc exposés à un risque majoré de développer des complications diabétiques graves à long terme.

Les résultats européens

Peu de personnes interrogées sont informées des complications médicales liées au diabète :

- Le risque d’accident vasculaire cérébral est deux fois plus important chez les personnes diabétiques et hypertendues que chez celles présentant uniquement une hypertension. Cependant moins de la moitié (43%) des personnes interrogées pensent que le diabète est un facteur de risque d’accident vasculaire cérébral.
- Seulement 49% des personnes interrogées pensent que le diabète peut conduire à une maladie rénale. Pourtant, le diabète est la cause la plus fréquente d’insuffisance rénale.

L’enquête souligne également la nécessité d’une meilleure prise de conscience du diabète et d’une formation de la population générale :

- 31% des personnes ignorent que l’insuline est utilisée pour traiter certaines formes de diabète.
- Seulement 29% de l’ensemble des personnes interrogées et 31% des personnes à risque savent que le fait d’uriner fréquemment et abondamment peut être un symptôme de diabète.

Le diabète, une maladie silencieuse

Le diabète est une maladie chronique invalidante et coûteuse, associée à de lourdes complications affectant le coeur, les vaisseaux sanguins, les yeux, les reins, les nerfs et les pieds. En 2011, près de 30 millions de personnes en Europe vivaient avec un diabète et si aucune mesure n’est prise aujourd’hui, ce nombre atteindra 36 millions en 2030. La France n’est pas épargnée puisque près de 3,7 millions de Français sont aujourd’hui diabétiques. Le diabète de type 2 peut rester silencieux de nombreuses années avant que son diagnostic ne soit fait, parfois à l’occasion d’une complication.

*Enquête réalisée auprès de 6.000 personnes atteintes ou non de diabète, dans 8 pays européens : Belgique, Bulgarie, Croatie, France, Lettonie, Lituanie, Portugal et Suisse.


Publié le Mardi 13 Novembre 2012 dans la rubrique Santé | Lu 1038 fois