Sommaire
Senior Actu

Diabète : Sophia, un accompagnement très apprécié des adhérents

Comme chaque année, le 14 novembre a lieu la Journée mondiale du diabète. L’occasion de faire le point sur une maladie qui atteint près de trois millions de personnes en France et dont la forte progression est parfois qualifiée d’épidémique. L’occasion également de revenir sur Sophia, un service d’accompagnement des malades original qui semble satisfaire les patients. Détails.


Le nombre de personnes traitées pour un diabète a en effet doublé en dix ans. Aujourd’hui, huit personnes diabétiques sur dix sont prises en charge à 100% par l’Assurance Maladie au titre d’une affection de longue durée. Ainsi, cette pathologie est désormais la première des affections de longue durée en effectifs, devant les cancers.

Face à de tels enjeux, l’Assurance Maladie agit à la fois en direction des patients et des professionnels de santé.
Côté patients, prévenir la maladie, limiter ses complications et améliorer la qualité de vie des malades chroniques constituent les priorités. L’Assurance Maladie a donc mis en place en 2008 Sophia, un service original d’accompagnement pour aider les malades chroniques à mieux vivre au quotidien avec leur maladie.

Disponible dans dix-neuf départements, Sophia compte aujourd’hui 128.000 adhérents et sera étendu à tout le territoire au cours de l’année 2012. Pour les médecins, le nouveau mode de rémunération introduit dans la convention de 2011 s’appuie sur des objectifs de santé publique dont certains sont spécifiquement dédiés à l’amélioration du suivi et de la prévention du diabète.

Plus concrètement, le service Sophia s’inscrit en complément du travail accompli par le médecin traitant. Son objectif est d’apporter une aide, un soutien personnalisé aux patients atteints de maladies chroniques, pour leur permettre de mieux vivre avec leur maladie et d’en limiter les complications. Les adhérents bénéficient d’un accompagnement téléphonique par des infirmiers-conseillers en santé Sophia, recrutés par l’Assurance Maladie et formés à ce type d’accompagnement. Les adhérents reçoivent aussi régulièrement des supports d’information pour mieux connaître la maladie et un site internet dédié est mis à leur disposition.

Sophia est le fruit d’un travail de concertation avec les associations de patients, les représentants des professions de santé, les sociétés savantes, l’Ordre des médecins, l’Institut national de prévention et d’éducation à la santé (Inpes) et la Haute Autorité de Santé (HAS).

Afin d’évaluer le niveau de satisfaction des adhérents et des médecins traitants impliqués dans ce dispositif, l’Assurance Maladie a fait réaliser en mai 2011 une enquête de satisfaction, par l’institut Ipsos.

Des patients majoritairement très satisfaits de Sophia
Avec une note de 7,5 sur 10, l’opinion globale des adhérents vis-à-vis du service est très positive :
- Plus de 9 patients sur 10 considèrent Sophia comme un bon service d’accompagnement (91% des répondants). Ils sont à peu près autant (89%) à se dire prêts à le recommander à d’autres patients ;
- La majorité des adhérents estime que Sophia a un impact positif dans le suivi et le contrôle de
leur maladie : 88% des répondants déclarent mettre en pratique les conseils lus dans les documents pédagogiques et 84% déclarent que Sophia les encourage à faire évoluer leurs habitudes.
- Les adhérents ont aussi une bonne opinion des infirmiers-conseillers en santé (note moyenne de 7,7
sur 10) et apprécient la fréquence de leurs contacts téléphoniques (77%). 89% estiment qu’ils
bénéficient de conseils adaptés à leur situation et trouvent que sophia est un véritable soutien pour
eux (80%).
- Enfin, la complémentarité du service avec le travail du médecin est soulignée par 85% des
personnes interrogées.

Les médecins jugent ce service utile et reconnaissent la légitimité de l’Assurance Maladie à
s’investir sur le champ de l’accompagnement des malades chroniques

- 73% des médecins interrogés pensent que l’investissement de l’Assurance Maladie dans
l’accompagnement des malades chroniques est justifié. Ils jugent à 65% que l’Assurance
Maladie est dans son rôle en proposant ce type d’accompagnement.
- Les trois quarts des médecins apprécient l’aspect pédagogique et informatif du service pour les
malades et ils sont 61% à le juger utile pour leurs patients. Près de 80% trouvent que les
documents diffusés dans le cadre du programme sont bien adaptés aux patients.
- Au final, plus de 2/3 des médecins interrogés déclarent conseiller souvent ou de temps en temps
à leurs patients d’adhérer à sophia.

Elargissement du dispositif
Lancé en mars 2008, Sophia a d’abord été expérimenté dans dix départements pilotes avant d’être étendu à de nouveaux départements en 2009 puis 2010. Aujourd’hui déployé dans dix-neuf départements, Sophia compte au total 128.000 adhérents et 75 infirmiers-conseillers santé. Une première évaluation médico-économique montre des résultats positifs : les adhérents sophia améliorent leur suivi médical et réalisent plus fréquemment les examens recommandés (consultation ophtalmologique, électrocardiogramme, dosages sanguins …).

L’extension à l’ensemble du territoire se fera progressivement au cours de l’année 2012. Au-delà du déploiement géographique pour les patients diabétiques, l’Assurance Maladie va aussi proposer en 2012-2013 une expérimentation de cet accompagnement personnalisé aux patients souffrant d’asthme.

Plus de quatre millions de personnes souffrent d’asthme en France métropolitaine. Beaucoup d’entre elles (6 sur 10) ont un asthme mal contrôlé. On enregistre chaque année 57 000 hospitalisations pour crise d’asthme (dont la moitié avant 15 ans), voire des décès dans les cas les plus graves (environ 1000 par an). Un meilleur contrôle de l’asthme permettrait de réduire ces risques : en effet, moins d’un asthmatique sur deux a un traitement de fond en dépit des recommandations françaises et étrangères de pratique clinique.

En proposant son service Sophia aux personnes traitées pour asthme, l’Assurance Maladie poursuit son
investissement auprès des personnes atteintes de maladies chroniques.

Une amélioration de la prise en charge du diabète encouragée par la nouvelle convention médicale
Plus largement la nouvelle convention médicale de 2011 va renforcer la prévention et améliorer la prise
en charge des maladies chroniques, en particulier celle du diabète. En effet, les représentants des médecins libéraux et l’Assurance Maladie ont décidé d’un commun accord de fixer des objectifs de santé publique pour les médecins traitants avec des indicateurs servant à apprécier la progression de la prise en charge de leurs patients : dosages de l’hémoglobine glyquée et résultats, résultats des dosages de LDL cholestérol, surveillance du fond d’oeil, prévention cardiovasculaire des patients à haut risque.

Ce nouveau dispositif permet aux médecins de valoriser leur engagement et aux patients de bénéficier
d’un meilleur suivi. D’ores et déjà, les patients dont les médecins traitants avaient signé des contrats d’amélioration des pratiques individuelles (CAPI) depuis 2009 avaient vu leur prise en charge améliorée, en particulier dans le domaine de la prévention et du suivi des maladies chroniques. A titre d’exemple, en deux ans, les dosages de l’hémoglobine glyquée ont augmenté de 7 points chez les patients dont les médecins traitants avaient signé un CAPI.

*Enquête menée en mai 2011 auprès de 10.000 adhérents et 501 médecins ayant au moins un patient adhérent à Sophia, à partir d’un questionnaire de 50 questions (1115 questionnaires exploités au total).


Publié le Lundi 21 Novembre 2011 dans la rubrique Santé | Lu 2307 fois