Sommaire
Senior Actu

Deux-tiers des futurs retraités prêts à continuer à travailler... avec plus d'argent

Selon un récent sondage d’Ipsos, réalisé pour le compte de la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav), presque les deux tiers des quinquas et plus encore en activité seraient prêts à prolonger leur carrière en contrepartie d’une augmentation de leurs revenus.


Cette enquête a été réalisée auprès de 500 personnes en activité, âgées de 55 à 59 ans, afin de recueillir l’opinion de salariés sur les différents dispositifs envisageables pour inciter à la prolongation de leur activité professionnelle.

Il en est ressorti que 65% d’entre elles accepteraient de prolonger leur activité professionnelle en contrepartie d’une augmentation de leurs revenus avant, au moment ou après leur départ effectif à la retraite. A noter toutefois que 49% des personnes interrogées pensent que leur employeur ne serait « pas vraiment » ou « pas du tout » favorable à leur éventuelle poursuite d’activité.

Toujours selon ce sondage, 40% préfèrent une majoration de leur pension (application d’une surcote par année cotisée supplémentaire au-delà de 60 ans et de 160 trimestres d’activité validés). Presque une personne sur trois (28%) opterait plutôt pour un complément de salaire perçu pendant la période de prolongation d’activité, sous forme d’une augmentation de salaire net de 20% (plafonnée à 500 euros) durant les années d’activité supplémentaires. Enfin, un quart préférerait un versement en capital de la surcote au moment du départ à la retraite, la somme étant calculée en fonction d’une espérance de vie moyenne. .../...
Deux-tiers des futurs retraités prêts à continuer à travailler... avec plus d'argent

L’ensemble des personnes interrogées sur les différents modes de majoration de pension montre que :
- avec le maintien de la surcote actuelle (+ 3% par année supplémentaire) : 29% accepteraient de prolonger leur activité d’un an ; 25% de deux ans ; 21% de trois ans ;
- avec l’application d’une surcote à 5% par année supplémentaire : 41% accepteraient de prolonger leur activité d’un an ; 37% de deux ans ; 26% de trois ans ;
- avec l’application d’une surcote progressive (3% la 1ère année, 4% la seconde et 5% après) : 29% accepteraient de prolonger leur activité d’un an ; 33% de deux ans ; 26% de trois ans.


Publié le Vendredi 21 Avril 2006 dans la rubrique Retraite | Lu 9855 fois