Sommaire
Senior Actu

Deux seniors en prison pour avoir refusé des hausses d’impôts trop élevées

En Angleterre, deux septuagénaires à la retraite se sont retrouvés en septembre dernier dans les geôles de sa Gracieuse Majesté pour avoir refuser de payer en totalité des augmentations d’impôts qu’ils jugeaient trop élevées par rapport à leurs niveaux de revenus.


L’Angleterre va-t-elle se retrouver avec une révolution « grise » sur les bras ? En tous cas, Alfred Ridley 71 ans, révérend à la retraite et Sylvia Hardy 73 ans, ouvrière retraitée se sont tous les deux retrouvés derrière les barreaux pour avoir refusé l’augmentation des impôts municipaux, considérant que les hausses étaient trop élevées par rapport à leurs revenus.

En fait, ces deux seniors font partie d’une population de retraités beaucoup plus large, dont les niveaux de pension ne permettent plus, estiment-ils, de payer les impôts municipaux à taux plein.

Ainsi le révérend Ridley vient juste de sortir de prison après avoir purgé une peine de 28 jours. Il avait été emprisonné début septembre pour avoir refusé de s’acquitter des 8.5% d’augmentation de taxes aux autorités locales. Le retraité avait payé une somme majorée de 2.5% pour couvrir l’inflation mais n’avait pas réglé la totalité de la hausse. Son discours était clair dès le départ : il préférait la prison plutôt que le paiement total de l’impôt. Alors qu’il venait d’être libéré, M. Ridley a informé la presse locale « que le combat n’était pas terminé. Tant que cet impôt ne cessera d’augmenter, la contestation continuera. Si c’était à refaire, je le referai probablement ».

Même son de cloche chez Mme Sylvia Hardy. Elle aussi a refusé de régler la totalité de sa taxe. Les magistrats lui ont donc signifié qu’ils n’avaient pas d’autre choix que de l’envoyer en prison. « Si les contribuables commencent à payer uniquement ce qu’ils estiment devoir payer, c’est l’anarchie » soulignait l’un des juges. De son côté, Mme Hardy a indiqué « qu’à travers l’histoire, les peuples se sont battus pour faire changer les lois qu’ils jugeaient injustes. Souvent, les seuls moyens efficaces sont de ne pas respecter la loi, de l’ignorer ou d’accepter les conséquences de ses actes . » Et la septuagénaire d’accepter son incarcération « pour tenter de préserver sa qualité de vie qui ne cesse de se détériorer ». Elle est ressortie au bout de deux jours mais un autre jugement pour les mêmes motifs l’attend le 24 octobre prochain. Là encore, elle se dit prête à être incarcérée pour se faire entendre.

Il est intéressant de souligner que ces deux aînés ont attiré l’attention du pays mais surtout, qu’ils sont parvenus à développer autour de leurs revendications, un fort sentiment de sympathie et de solidarité de la part des autres retraités britanniques. Jusqu’à maintenant, les seniors se sont toujours contentés de grogner face aux hausses successives des taxes municipales (121% en douze ans contre 40% d’augmentation pour les pensions publiques). Ils commencent maintenant à passer à l’action. Or les seniors sont de plus en plus nombreux et ce sont les électeurs qui votent le plus. Les politiques devront donc écouter avec attention leurs revendications… Si ils veulent rester en place.


Publié le Mardi 11 Octobre 2005 dans la rubrique Société | Lu 1661 fois