Sommaire
Senior Actu

Détenus âgés : état des lieux de leurs conditions de vie et de santé dans les prisons de Basse-Normandie

L’Observatoire régional de la Santé en Basse Normandie vient de réaliser, en partenariat avec le ministère de la Justice, une grande étude sur les conditions de vie et les besoins des détenus âgés. En voici les grandes lignes.


Cette étude a été réalisée sur une population 100% masculine dont l’âge moyen est de 65 ans (49% de 60/65 ans et 5% de 75/85 ans). Parmi eux, 7% des détenus âgés touchent une allocation, soit une allocation adulte handicapé (AAH) soit une pension d’invalidité.

La population carcérale âgée se compose de détenus condamnés : 70% à une peine supérieure à 10 ans, dont 6% sont condamnés à perpétuité. En moyenne, les détenus sont incarcérés depuis six ans et demi et 18% ont déjà passé plus de dix ans en prison. Pour la moitié (49%) des détenus, une sortie est prévue dans les un ou deux ans et pour un tiers (32%) des cas dans les trois à cinq ans. 34% bénéficient de permissions dont la durée varie entre 1 et 10 jours : 38% se rendent dans leur famille ou à leur domicile lors de ces permissions. Les autres vont dans un foyer ou une communauté, à l’hôtel ou chez un ami.

Plus de la moitié de ces détenus ont une bonne perception de leur santé (soit 57%), dont 10% déclarent être en parfaite santé. 43% ont déclaré être en moins bonne santé, dont 15% être en mauvaise santé. 26% des détenus âgés se sentent déprimés souvent voire tous les jours. En revanche, ils sont 37% à n’avoir jamais ressenti cet état. Huit détenus sur 10 âgés de 60 ans et plus ont dit ne jamais avoir pensé au suicide. En revanche, 8% ont répondu qu’il leur arrive assez voire très souvent d’y penser. 36% des détenus âgés se plaignent d’un problème de santé aiguë, tel qu’une infection ORL saisonnière ou des douleurs.

Cette étude souligne également que les pathologies rhumatologiques et digestives sont les plus retrouvées. L’hypertension artérielle concerne un tiers des détenus âgés, le diabète concerne 17% d’entre eux. Les cardiopathies d’origine ischémiques concernent la moitié des détenus âgés ayant une affection cardio-vasculaire. Concernant l’altération de capacités, 15% présentent des séquelles ou des difficultés motrices, 9% un déficit sensoriel et 1% un trouble mnésique ou cognitif. Concernant les antécédents psychiatriques, 4 détenus (5%) ont déjà réalisé une tentative de suicide et 9 détenus (10%) ont présenté des troubles psychiatriques. .../...
Détenus âgés : état des lieux de leurs conditions de vie et de santé dans les prisons de Basse-Normandie

Détenus âgés : état des lieux de leurs conditions de vie et de santé dans les prisons de Basse-Normandie
Les deux types de médicaments les plus utilisé pour soulager la douleur sont le paracétamol et les analgésiques d’action centrale, le paracétamol restant très largement utilisé. 59% des détenus âgés se plaignent de douleurs physiques, la majorité est d’origine rhumatologique. L’intensité des douleurs est faible ou moyenne pour 65% et 35% la trouve forte ou insupportable (4%).

En ce qui concerne la consommation de tabac –les consommations d’alcool et de drogues n’ayant pas été effectuées dans la mesures ou elles sont interdites en prisons…- au moment de l’enquête, un gros tiers (35%) des détenus seniors sont des fumeurs réguliers. Ils fument en moyenne 12 cigarettes par jour. Les gros fumeurs (20 cigarettes et plus par jour) concernent 12 détenus soit 39% des détenus âgés. Parmi les détenus âgés ayant déclaré ne pas fumer au moment de l’enquête, la moitié est composée d’anciens fumeurs.

Parmi les détenus âgés, 77 sont incarcérés depuis au moins un an. 92% d’entre eux ont consulté un généraliste dans les 12 derniers mois précédant la date de l’enquête, dont 9% au moins une fois par mois. 27% ont consulté un psychiatre, dont 8% au moins une fois par mois et 40% un psychologue. La plupart des détenus âgés (88%), ont été vu par un infirmier et la moitié d’entre eux l’ont vu toutes les semaines, ou tous les jours. Les spécialistes les plus consultés sont l’ophtalmologue (45% des détenus) et le dentiste (40% des détenus). Le cardiologue est également consulté par 15% des détenus âgés.

Un détenu âgé sur trois (29%) a été hospitalisé au cours des 12 derniers mois (soit 22 détenus), le plus souvent pour un motif chirurgical. Un motif médical ou la réalisation d’un bilan ou d’un examen sont également retrouvés. Pour près de la moitié des hospitalisations, la durée d’hospitalisation est courte (une journée) et pour un tiers elle est comprise entre 1 et 2 semaines.

Enfin, 88% des détenus sont en GIR 6 (personnes n’ayant pas perdu leur autonomie pour les actes essentiels de la vie courante). 60% d’entre eux sont âgés de plus de 60 ans et ne présentent pas de handicap (soit 68 détenus), 27% sont âgés de moins de 60 ans et présentent un handicap (soit 31 détenus) et 12,4% sont âgés de plus de 60 ans et présentent un handicap (soit 14 détenus). Ce résultat, montre qu’une grande partie des détenus âgés de plus de 60 ans n’ont pas de perte d’autonomie et sont capables d’assurer seuls, les actes de la vie courante.

Lorsque les enquêteurs ont interrogé les détenus âgés quant à leurs besoins non couverts (matériels et aménagement spécifiques), les requêtes se répartissaient de la manière suivante : 3 détenus souhaitent des bancs dans la cour de promenade, 3 souhaitent des barres d’appui dans les escaliers, 2 souhaitent que les douches soient mieux aménagées (siège et repose pied), 1 détenu souhaiterait avoir un système d’alarme près de son lit, 1 détenu aurait besoin d’un matelas médical, et enfin, 1 détenu souhaiterait avoir des chaises plus confortables.


Publié le Mercredi 31 Octobre 2007 dans la rubrique Société | Lu 7075 fois