Sommaire
Senior Actu

Des seniors australiens profitent de leur retraite sauvegarder la planète

Depuis le printemps 2006, une cellule de Greenpeace baptisée Grey Power permet aux seniors et aux retraités australiens de s’investir au quotidien dans la sauvegarde de la planète. Qu’il s’agisse d’anciens écolos ou de nouveaux « convertis », ils n’ont qu’un seul but : laisser aux générations futures une Terre en bonne santé.


Nouvelle tendance : avec les « greying greens », les aînés se mobilisent pour la planète.

Alors qu’en France, suite aux mauvais résultats électoraux (1.6% à la présidentielle et 3.2% aux législatives) les Verts se sont engagés ce week-end à Quimper (Finistère) à réformer leurs statuts d’ici décembre prochain, en Australie, des seniors s’investissent activement, depuis plus d’un an, dans la défense de la nature et de l’environnement.

En effet, comme le souligne un récent article du quotidien australien The Sydney Morning Herald, une nouvelle génération de défenseurs de la nature se développe en Australie. Ces retraités, qu’ils soient d’anciens économistes, d’anciens publicitaires, d’anciens ingénieurs ou d’anciennes coiffeuses profitent ainsi de leur temps libre pour s’impliquer dans la sauvegarde de la planète.

Si certains sont des « verts » de la première heure et qu’ils se battent depuis les années 70/80 pour limiter les dégâts causés à notre terre, d’autres sont devenus « écolos » sur le tard. Le changement climatique, la disparition de certaines espèces animales ou végétales, ont incité ces seniors âgés de 60 à 85 ans à œuvrer pour l’environnement. …/…
Des seniors australiens profitent de leur retraite sauvegarder la planète

D’autant que Greenpeace a créé en mai 2006 en Australie, une cellule spécialement dédiée aux seniors (Grey Power) qui souhaitent s’engager dans la protection de la nature. Ces activistes écrivent aux responsables politiques, interviennent dans les émissions de radio ou à la télévision et n’hésitent pas à se rendre carrément sur le terrain pour combattre les entreprises qui ne respectent pas les lois et détruisent l’environnement.

Pour ces retraités, le « après nous le déluge » n’est pas de mise, même s’ils reconnaissent volontiers que les jeunes se sentent plus concernés que les anciens par les questions environnementales. Pourtant, la plupart de ces aînés se considèrent comme responsables de l’état actuel de la planète : « A notre époque on pensait que le progrès était ce qui pouvait se faire de mieux. On n’était pas conscients des dommages que l’on causait. Il est donc important que notre « armée grise » se batte pour régler ces problèmes » souligne une retraitée de 62 ans qui œuvre pour le Grey Power de Greenpeace.

De fait, leur principale motivation, outre bien évidemment la sauvegarde de l’environnement, est de laisser une planète –à peu près- propre aux générations futures, à leurs petits-enfants.


Publié le Lundi 27 Août 2007 dans la rubrique Divers | Lu 8083 fois