Sommaire
Senior Actu

Des résidents en maison de retraite participent au financement de la construction d’une école à Saïgon

Suite au tsunami qui a dévasté l’Asie, 4.000 résidents et 1.000 salariés des 52 établissements Arefo et Arpad accueillant des personnes âgées se sont mobilisés pour une action de solidarité. Résultat : la construction d’une école au Vietnam.


Faisant suite à la catastrophe d’une ampleur sans précédent, due au tsunami qui a dévasté une partie de l’Asie en décembre 2004, de nombreux établissements de l’Arefo et de l’Arpad ont pris part à une action baptisée « Solidarité Asie ».

Dans ce contexte, une somme importante a été réunie (plus de 10 000 euros) que les deux associations ont souhaité confier à une organisation non gouvernementale (ONG) pour permettre la reconstruction d’une école.

Pourquoi une école ? « Ce choix inscrit l’Arefo et l’Arpad ainsi que l’ensemble des résidentes et des résidents, en qualité de « parrains » de l’action de réhabilitation d’une école ; il permet d’en suivre la construction, puis de pouvoir garder contact avec l’école et les enfants » indiquent les responsables de cette action.

Suite à un appel à projet, plusieurs organismes et associations ont fait des propositions. Certaines importantes, mais tellement importantes que la contribution, modeste au regard des projets en question, n’aurait pas trouvé son juste écho. Et surtout il aurait été impossible de poursuivre le contact avec les bénéficiaires de l’action, à savoir « les enfants ».

D’autres associations avaient des grandes ambitions, un énorme coeur, mais pas de projet ficelé, sans aucune garantie de faisabilité. De plus, les médias confirmaient ce que certaines grandes ONG disaient : la construction d’une école relève, pour beaucoup de pays, de la seule compétence de l’Etat. D’ailleurs il y a eu énormément de dons récoltés, mais beaucoup de gâchis également (aux dires de l’une des ONG), au point que les organisations demandaient de transférer des dons vers d’autres pays, d’autres destinations, par exemple vers l’Afrique.

L’Arefo et l’Arpad ont souhaité toutefois maintenir la destination initiale, choisie par les résidents, c’est à dire l’Asie. Le choix a donc été de construire une école dans le bidonville de Bô Rac, en périphérie de Saigon au Vietnam.
Claude Daniel

Des résidents en maison de retraite participent au financement de la construction d’une école à Saïgon

L’association Enfance Espoir, née en 1995, est implantée dans ce quartier, dit des « belles ordures », depuis 8 ans et le père Toan (prêtre catholique vietnamien) souhaitait y construire une petite école primaire. Il avait le terrain et les autorisations ; il ne restait plus que le financement à trouver.

Enfance Espoir pouvait déjà engager des fonds et la somme récoltée par l’Arefo et l’Arpad a permis la réalisation de ce projet. Ainsi, en décembre dernier les protocoles du partenariat ont été signés entre Enfance Espoir, d’une part et les deux associations (Arefo puis Arpad), d’autre part, pour la somme globale de 10 073,05 euros. Ce qui permettra de construire le premier étage d’une école, comportant six classes.

Enfance Espoir travaille avec le père Toan depuis 1996 sur le programme de scolarisation des enfants de la rue, obligés de travailler, et elle verse tous les mois pour chaque enfant, venant 3 h par jour dans leurs « classes d’Amour », un panier alimentaire pour le manque à gagner. 452 enfants sur 1.100, qui vivent dans ce bidonville, ont pu ainsi être scolarisés dans les deux écoles déjà en place (voir photos ci-dessus).

Ce travail est accompli grâce à la présence et à l’implication du Père Toan et de Franca, une expatriée française en mission sur le terrain. Les deux parlent parfaitement le français et seraient prêts à des échanges réguliers entre les instituteurs et les élèves d’un côté et les donateurs, de l’autre.

Claude Daniel, présidente d’Enfance Espoir, s’est rendue en février au Vietnam, pour avancer, entre autres actions menées par l’association au Vietnam, ce projet de construction. Le permis de construire a été donné, ainsi que l’accord du Comité Populaire (équivalent de la mairie du district). Des appels d’offres ont été lancés pour les travaux de construction, mais déjà un bulldozer occupe la place pour raser remblayer le terrain et préparer les fondations.

Le vendredi 13 mars, Claude Daniel s’est rendue à la résidence Maryse Bastié à Maisons-Alfort, pour présenter aux résidents ce formidable projet auquel ils ont participé si activement. Des témoignages, des photos, mais surtout beaucoup d’émotions, d’échanges et d’espoir… ont été partagés entre les anciens qui attendent maintenant avec impatience que « la classe de l’Arefo et de l’Arpad », une nouvelle classe d’amour, accueille les enfants du quartier Bô Rac de Saïgon.

L’association Enfance Espoir cherche à récolter d’autres fonds, pour que le deuxième étage, déjà prévu, puisse être construit en 2008. (Tél. 01 48 90 95 71, Eespoir@aol.com )


Publié le Vendredi 23 Mars 2007 dans la rubrique Maisons de retraite | Lu 5178 fois