Sommaire
Senior Actu

Des femmes en mauvaises postures

Les chiropracteurs considèrent que les femmes se tiennent mal ! Comme les hommes, d’ailleurs… Or, ces mauvaises postures sont néfastes pour la santé de leur dos, l’un des maux du siècle. En effet, selon une enquête de l'Association britannique chiropratique (BCA), 34 ans est l'âge moyen à partir duquel les femmes commencent à souffrir du dos ou du cou. Et près d’un quart déclare avoir souvent mal dans ces zones du corps, pendant un à trois jours d'affilée.


Plus concrètement, après avoir analysé le maintien d'environ mille femmes, cette étude a montré quatre principales mauvaises postures qu’il convient de rectifier ! Ci-dessus les illustrations de gauche à droite : la posture de « la cuillère », caractérisée par un dos vouté et des épaules arrondies ; celle de la « Tour de Pise », illustrant une tête trop penchée vers l’avant ; la posture en « pont », pour un dos trop cambré ; puis enfin, les femmes « au dos plat » qui ne sont pas épargnées par les éventuelles douleurs et enfin celles qui adoptent la meilleure posture, permettant de réduire le mal de dos.
 
Toujours selon cette enquête britannique, 58% des femmes qui adoptent la première posture et 56% de celles qui se sont habituées à la deuxième, souffrent régulièrement de douleurs cervicales ou du dos. D’autre part, 29% de celles qui penchent trop la tête et 21 % de celles qui ont le dos cambré, ressentent des douleurs au quotidien.
 
Soulager naturellement les troubles musculo-squelettiques par la chiropraxie

Les TMS ou troubles musculo-squelettiques peuvent considérablement altérer la qualité de vie des patients, affectant progressivement leur mobilité. Au quotidien, notre dos est soumis à rude épreuve et il ne faut jamais sous-estimer nos mauvaises postures ! C’est pourquoi la prévention joue un rôle important et la chiropraxie est parfaitement indiquée pour diminuer durablement ces douleurs et permettre au corps de retrouver souplesse et mobilité.
 
Comment ça marche ?

Grâce à des techniques manuelles, le chiropracteur s’attache à libérer le système nerveux des tensions et des traumatismes accumulés au cours de l’existence du patient. Il utilise des ajustements précis et adaptés, pour soulager les douleurs liées aux TMS. Son action consiste à traiter les troubles fonctionnels ou pathologiques de l’appareil locomoteur et des TMS. La prise en charge chiropratique est globale : le chiropracteur apporte des conseils utiles à une meilleure santé vertébrale (posture, gestes préventifs, ergonomie de l’environnement, nutrition, activité physique adaptée, sommeil…).
 
D’une manière générale, depuis plusieurs années, les chiropracteurs constatent une augmentation des TMS lors des consultations. C’est une véritable tendance de fond. Ce constat a conduit deux chiropracteurs membres de l’Association Française de Chiropraxie à créer une société (Back Office Santé) dédiée aux entreprises, avec pour objectif de sensibiliser les employés aux TMS, d’agir en prévention et de traiter les douleurs liées aux troubles du rachis lombaire, aux affections péri-articulaires, aux tendinites... et autres pathologies du dos et dysfonctionnements de l’appareil locomoteur. Après avoir étudié les conditions de pénibilité biomécaniques et les risques de développement des TMS, les praticiens mettent en place un protocole de soins adaptés aux employés et à l’entreprise.
 
Rappelons que la chiropraxie est une thérapie manuelle de référence pour traiter et prévenir les troubles musculo-squelettiques. Non-médicamenteuse, reconnue et réglementée par l’Etat, cette profession de la santé repose principalement sur des manipulations vertébrales et mobilisations articulaires. Plus d’informations sur le site www.chiropraxie.com

Lire aussi : seniors et chiropraxie


Publié le Mardi 16 Février 2016 dans la rubrique Bien-être | Lu 2907 fois