Sommaire
Senior Actu

Des effets neurologiques du cacao

Ah le chocolat… Ses bienfaits sur la santé sont de plus en plus reconnus, mais ses effets sur le cerveau font l'objet de peu de travaux. Pourtant, selon des études, le cacao préviendrait le déclin cognitif lié à l'âge, améliorerait l'humeur, serait bénéfique pour la mémoire, l'apprentissage, les fonctions cognitives... Le point avec Expressions Santé, en collaboration avec le Syndicat du Chocolat*


Cette revue de la littérature présente les données disponibles sur les effets potentiels du cacao et du chocolat sur le cerveau et les capacités cognitives.

Le cacao, riche en flavonoïdes, agit de façon positive sur le système vasculaire, et donc sur la circulation sanguine cérébrale, ce qui est un moyen potentiel d'améliorer les fonctions cérébrales et de limiter les troubles cérébrovasculaires.
 
Selon un essai randomisé, réalisé en double aveugle, les flavonoïdes auraient aussi un effet sur la fonction visuelle et cognitive, avec une répercussion positive sur la motivation et l'attention lors de l'exécution d'une tâche.
 
Les flavonoïdes exerceraient de multiples actions : protection des neurones face aux dommages induit par les radicaux libres oxygénés, réduction de la neuroinflammation...
 
Des études chez l'Homme ont évalué les conséquences de la prise de flavonoïdes sur le déclin cognitif lié à l'âge. Chez les personnes âgées, un régime riche en flavonoïdes est associé à de meilleures performances dans plusieurs tâches cognitives (effet dose-dépendant). Il est possible que les flavonoïdes puissent être associés à une préservation cognitive.
 
Les flavonoïdes auraient également une action préventive sur la maladie d'Alzheimer en préservant une meilleure circulation donc une meilleure oxygénation cérébrale. Les bénéfices des flavonoïdes sur les fonctions cérébrovasculaires retarderaient l'évolution du MCI (Mild cognitive impairment) vers une maladie d'Alzheimer.
 
Une méta-analyse montre aussi que le risque d'AVC est réduit de 29 % chez les gros consommateurs de chocolat par rapport aux faibles consommateurs.
 
Les mécanismes d'action des flavonoïdes sont multiples et mal connus. On sait qu'ils sont capables de traverser la barrière hémato-encéphalique et de s'accumuler dans le cerveau. Ils peuvent donc potentiellement exercer une action directe. Ils ont des actions anti-oxydantes et sont notamment capables de piéger les radicaux libres. Ils peuvent en particulier améliorer la fonction neuronale et stimuler la survie neuronale et la plasticité synaptique en interagissant avec des cascades de signalisation neuronale. Néanmoins, la plupart de ces mécanismes restent hypothétiques et n'ont pas été démontré expérimentalement.
 
Cacao et humeur

Le chocolat aurait aussi un effet positif sur l'humeur. Un lien entre humeur négative et désir intense de consommer du chocolat a été observé. Diverses molécules entrent en jeu pour expliquer la sensation de plaisir liée à l'ingestion de chocolat : libération d'endorphines, de dopamine, d'opiacés... L’attraction pour le chocolat semble liée à ses propriétés sensorielles composites. L'odeur du chocolat influencerait aussi l'activité cérébrale : elle est associée à une baisse de l'activité théta du cerveau. La seule vue du chocolat pourrait également modifier l'activité cérébrale.
 
De nombreuses études sont encore nécessaires pour compléter et confirmer les effets du cacao sur le cerveau.
 
* rédigé par un comité médical


Publié le Vendredi 8 Novembre 2013 dans la rubrique Santé | Lu 1367 fois