Sommaire
Senior Actu

Dépression et suicide senior : un véritable enjeu de santé publique

A l’occasion des 11èmes journées de prévention du suicide qui se tiendront du 5 au 10 février 2007, l’Union nationale des cliniques psychiatriques privées (UNCPSY) rappelle que la dépression des sujets âgés est un « véritable enjeu de santé publique » et qu’il est important de mettre en garde les populations concernées et leurs proches car « informer c’est aussi prévenir ».


« La dépression de la personne âgée n'est pas de diagnostic facile » indique l'Union nationale des cliniques psychiatriques privées (UNCPSY) dans un récent communiqué. Il faut donc être à l'écoute de signes d'apparence banale à cet âge : fatigue, tristesse, perte de mémoire…

« La dépression des personnes d'un âge avancé est aujourd'hui un véritable enjeu de santé publique, et le sera d'autant plus demain avec l'arrivée prochaine de la génération « papy-boom ». Il s'avère donc urgent et nécessaire d'informer sur cette maladie mentale, sa détection, sa prise en charge. Car informer c'est aussi prévenir l'apparition de pathologies associées telles l'anorexie ou la démence, qui nécessitent une hospitalisation de longue durée » indique l'UNCPSY.

La fausse démence et les plaintes bruyantes avec délires peuvent être des formes masquées de dépression. L’apparition d’un alcoolisme ou d’une addiction médicamenteuse peut également renvoyer à cette problématique dépressive. La démence sénile, au tout début de son évolution, entraîne bien souvent l’isolement de la personne âgée et s’accompagne de pertes de mémoire, d’appétit et de sommeil. Anxiété, fatigue, tristesse apparaissent alors. Autant de signes d’un état dépressif qui peut conduire les personnes de plus de 65 ans au suicide ou à la dépendance vis-à-vis de l’alcool ou des médicaments.

En France, poursuit ce syndicat affilié à la Fédération de l'Hospitalisation Privée, les cliniques psychiatriques assurent, chaque année la prise en charge de 70% des patients hospitalisés pour dépression. Dans ce contexte, certaines cliniques ont développé une offre de soins adaptée aux besoins physiques et psychologiques des patients seniors.

Les équipes médicales pluridisciplinaires travaillent également en relation avec les services médico-sociaux, notamment les maisons de retraite, afin de faciliter le retour du patient d'un âge avancé dans son milieu de vie habituel. .../...
Dépression et suicide senior : un véritable enjeu de santé publique

Le suicide des seniors en France

En France, le taux de suicide chez les hommes de 84 ans et plus, est dix fois plus élevé que chez les 15/24 ans, indique une étude publiée au printemps dernier par le ministère de la Santé. Ce phénomène, qui risque de prendre de l'ampleur avec le vieillissement de notre population, reste pourtant très méconnu du grand public, voire carrément tabou. Pourtant, les chiffres sont là.

La Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees), en charge de cette étude, souligne que « le taux de mortalité par suicide augmente avec l'âge, mais différemment selon le sexe. Chez les hommes, on observe une première augmentation entre 15 et 34 ans, avec une relative stabilisation entre 35 et 54 ans, autour de 36 à 39 décès par suicide pour 100 000 hommes. Ce taux diminue modérément jusqu'à environ 64 ans puis est suivi d'une augmentation importante jusqu'aux âges les plus élevés (atteignant 60 pour 100 000 hommes de 75 à 84 ans et 124 pour ceux de 85 ans ou plus) ».

« Le taux de décès par suicide des hommes est ainsi dix fois plus élevé après 84 ans qu'entre 15 et 24 ans » constatent les statisticiens qui précisent que « chez les femmes, l'augmentation est plus modérée avec une stabilisation entre 35 et 84 ans, puis une légère hausse chez les plus âgées (21 pour 100 000 femmes de 85 ans ou plus) ». Il faut en outre noter que, pour les âges élevés, le décès des personnes consécutif à un « syndrome de glissement* » n'est pas comptabilisé comme suicide.

Pour conclure, "si l'on parle davantage du suicide des adolescents, pour lesquels il s'agit effectivement d'une des principales causes de décès à un âge où l'on meurt peu de maladie, les personnes âgées sont donc, en proportion, nettement plus concernées par le suicide" souligne la Drees en précisant qu'au total, "les taux de suicide les plus élevés s'observent chez les hommes veufs, et les moins élevés chez les femmes mariées âgées de moins de 65 ans".

* Ce syndrome correspond, chez la personne âgée, à une perte de l'élan vital avec refus d'alimentation, dégradation très rapide de l'état général conduisant en très peu de temps au décès.

Numéros utiles :
SOS amitié 0820 066 066
Suicide écoute 01 45 39 40 00
SOS dépression 01 40 47 95 95


Publié le Vendredi 12 Janvier 2007 dans la rubrique Société | Lu 7912 fois