Sommaire
Senior Actu

Départ en retraite : les patrons de TPE acceptent un report de leur départ au-delà de 60 ans

Ce 38ème baromètre de conjoncture des Très Petites Entreprises (TPE), réalisé par l’Ifop pour Fiducial (société spécialisée dans les services pluridisciplinaires aux petites entreprises, professions libérales, agriculteurs, etc.) met l’accent sur la réforme des retraites engagée par Nicolas Sarkozy... Cette étude montre le scepticisme des dirigeants sur ce sujet. Les patrons de TPE se révèlent également très pessimistes sur la conjoncture française. Enfin, lorsqu’on les interroge sur l’âge idéal de départ en retraite, la moyenne d’âge citée par les dirigeants de TPE s’établit à 61,4 ans. En revanche, ils accepteraient de travailler, en moyenne, jusqu’à 63,5 ans.


Les patrons de TPE doutent de l’efficacité de la future réforme des retraites

Une large majorité (90%) des dirigeants interrogés se dit préoccupée par le système français de retraite actuel (53% sont même très inquiets). Ils craignent massivement (82%) de ne pas toucher une pension satisfaisante au regard de leurs revenus actuels. C’est 19 points de plus que pour le grand public (étude IFOP de février dernier).

Une minorité de patrons de TPE (38%) croit en l’efficacité du système de la réforme des retraites voulu par Nicolas Sarkozy. Et plus de trois quart d’entre eux (77%) sont favorables à l’élargissement de l’assiette de cotisation à l’ensemble des revenus pour équilibrer le système des retraites.

Ce que les patrons pensent être le mieux pour la réforme des retraites…

Interrogés sur les différentes solutions envisagées par le gouvernement, trois ressortent :
• Le recul de l’âge de la retraite au-delà de 60 ans (61% au global mais 48% dans le BTP).
• L’allongement de la durée de cotisation (58% au global, 44% dans le BTP et 46% dans l’hôtellerie).
• Compléter le système de retraites actuel par le recours à des fonds de pension (56% au global, mais seulement 45% dans l’industrie et 49% dans l’artisanat).

…Ce qu’ils souhaiteraient pour eux.

Lorsqu’on les interroge sur ce qu’ils souhaiteraient pour leur retraite :
• 39% choisiraient de travailler le plus longtemps possible pour se garantir une retraite satisfaisante.
• 32% (jusqu’à 39% dans le BTP) aimeraient cotiser davantage pour partir le plus tôt possible en retraite.
• 12% sont prêts à partir le plus tôt possible quitte à avoir une retraite moindre (33% dans le BTP et 32% pour les services aux particuliers).

La nécessité de prendre en compte la pénibilité de certains métiers

Alors que les syndicats patronaux redoutent ce sujet, les patrons de TPE se rejoignent très majoritairement sur le fait que l’âge du départ en retraite doit être modulé selon la pénibilité du métier exercé (94%). D’ailleurs, 67% estiment que cela devrait également s’appliquer aux chefs d’entreprise (ce chiffre monte jusqu’à 83% dans le secteur du BTP et 80% chez les artisans).

Conjoncture : des patrons inquiets et l’emploi toujours dans le rouge

Tous les indicateurs de conjoncture chutent. Tout d’abord la confiance des patrons de TPE dans la situation économique de la France chute de dix points par rapport au précédent baromètre passant de 41% à 31%. La crise actuelle inquiète toujours 84% des sondés. L’indicateur de situation financière* ne se porte pas mieux avec moins treize points en trois mois (-24% contre -15% pour le 1er trimestre 2010). Sur le front de l’emploi, alors que le second semestre 2009 et le début 2010 n’avaient pas connu de forte détérioration de l’emploi, l’indice de création nette** est de nouveau négatif à -1% (comme au 1er trimestre 2009).

Une minorité de patrons de TPE soutient l’action de Nicolas Sarkozy

Seuls quatre dirigeants sur dix se déclarent satisfaits de l’action du chef de l’Etat, dans un contexte économique et social très morose. Leur regard sur le bilan du président est variable d’un sujet à l’autre. Alors que l’influence de la France dans les instances à l’international et l’investissement présidentiel sont jugés positivement (65% et 55%), trois domaines sont jugés très sévèrement : la lutte contre le chômage (27% de satisfaits), le pouvoir d’achat (17%) et la dette et les déficits (13%) ; domaines qui constituaient les trois priorités des Français lors de la dernière élection présidentielle.

Comme le souligne Jean-Marc Jaumouillé, directeur des techniques professionnelles de Fiducial : « Les chefs d’entreprise manifestent une réelle défiance à l’encontre d’un système de retraite qu’ils considèrent incapable d’assurer le financement de leur retraite jusqu’à la fin de leur vie, et plus généralement des retraites des générations futures. Ils jugent sévèrement les précédentes « non-réformes » du système de retraite ».

Méthodologie de l’Etude :

Echantillon de 1 001 dirigeants de TPE de 0 à 19 salariés, raisonné sur les critères secteur d’activité de l’entreprise, taille de l’entreprise, région d’implantation de l’entreprise et interrogé par téléphone du 19 eu 29 avril 2010.

*Indicateur de situation financière (pourcentage d’amélioration de situation financière moins pourcentage de dégradation)
** Indice de création nette de postes (différence entre la création et la suppression de postes)


Publié le Lundi 7 Juin 2010 dans la rubrique Retraite | Lu 1363 fois