Sommaire
Senior Actu

Décès de personnes âgées dans le Nord-Pas-de-Calais des suites d’une infection nosocomiale

Une bactérie apparue en cas groupés en 2006 serait responsable du décès d’une douzaine de personnes (souvent âgées), indique un récent communiqué publié par l’Institut de veille sanitaire (InVS).


La bactérie clostridium difficile (ICD) a touché quelque 200 personnes entre janvier et août dans dix établissements de santé (hôpitaux, maisons de retraite...) du Nord-Pas-de-Calais, notamment à Lille et Valenciennes.

Selon un bilan arrêté au 11 août, treize décès sont considérés « comme au moins partiellement imputables » à une infection à ICD, dont 12 liés à une souche particulière dite « 027 », plus redoutable. La bactérie provoque des diarrhées et moins souvent des colites. Il s’agit de la première cause de diarrhées infectieuses nosocomiales chez l’adulte, précise l’InVS.

La survenue d’une infection digestive liée à ICD est le plus souvent induite par une antibiothérapie car celle-ci facilite l’implantation de la bactérie dans le tube digestif et la sécrétion de deux toxines responsables des symptômes. Les ICD diagnostiquées à l’hôpital surviennent volontiers sous forme d’épidémies, notamment dans les services de réanimation, de maladies infectieuses, d’hématologie et de gériatrie. L’incidence des ICD à l’hôpital varie de 1 à 10 pour 1 000 admissions et la mortalité varie de 0,6 à 1,5 % mais peut atteindre 35 à 50 % en cas de complications de CPM.

Aucune épidémie de type "027" n'avait eu lieu jusqu'ici en France. Les premiers cas ont été signalés en mai par l'hôpital de Valenciennes. « Hors Nord-Pas-de-Calais, en 2006, des cas groupés d'ICD ont été signalés dans 10 établissements de santé: aucun n'est de type 027 », souligne l'InVS sur son site internet.

L'origine de l'infection « pourrait être liée à la proximité du Nord-Pas-de-Calais » avec la Belgique et les Pays-Bas, déjà touchés. « Sa diffusion est très probablement liée au transfert des patients entre établissements de santé au sein d'un réseau de soins très dense », selon l'InVS. La souche avait été détectée en 2003 au Canada et aux Etats-Unis, où elle a été responsable d'épidémies sévères en 2004.

La maitrise des ICD repose sur un diagnostic rapide des patients symptomatiques, l’application des précautions contact (isolement des patients, renforcement de l’hygiène des mains, usage de gants et de surblouses, utilisation de matériel dédié), un bionettoyage renforcé et le signalement de l’état infectieux du patient avant tout transfert vers un autre établissement. Il est recommandé d’investiguer tout cas de diarrhée nosocomiale en recherchant C. difficile en l’absence d’une autre étiologie évidente.


Publié le Jeudi 31 Août 2006 dans la rubrique Divers | Lu 1895 fois