Sommaire
Senior Actu

De plus en plus de patrons seniors aux Etats-Unis

Comme tous les pays industrialisés, la population américaine vieillit. Face à ce phénomène démographique sans précédent, les observateurs constatent depuis quelques temps, un nombre de plus en plus important de patrons de 70 ans qui n’ont aucune envie d’arrêter de travailler pour prendre leur retraite sous le soleil de Floride.


Le rêve américain a engendré un grand nombre de patrons, de self-made-men qui ont construit leurs entreprises à la force du poignet, grâce à la persévérance. Parmi tous ces « boss », quelques uns ont d’ores et déjà dépassé les 70 ans.

Encore relativement confidentielle, cette tendance est très certainement appelée à se développer avec le vieillissement des dirigeants issus du baby-boom.

Toujours en bonne santé, il y a fort à parier que ces PDG ne sont pas disposés à abandonner leur poste pour partir à la retraite sous les palmiers de Miami Beach.

Ainsi, comme l’indique un récent article du quotidien Milwaukee Journal, le patron américain « type » de demain, pourrait très bien ressembler à Dana Cable Sr qui travaille dix par jour, s’inquiète pour ses factures, reçoit ses clients et imagine les prochains produits que sa société commercialisera dans quelques années... Et qui surtout, refuse de s’arrêter de travailler malgré ses 80 printemps.

« S’il y a bien une chose que je sais, c’est que je n’ai aucune envie de prendre ma retraite et de m’installer en Floride » indique l’octogénaire à la tête d’une entreprise spécialisée dans le jardinage. Même si cet exemple reste encore assez marginal, il risque de se multiplier dans les années à venir avec le vieillissement d’un grand nombre de patrons américains. Ainsi, dans quatre ou cinq ans, il ne sera plus étonnant d’être en affaires avec un « boss » qui a largement dépassé les soixante ans.

« Dans les années 50, environ un quart des cadres décédaient avant même d'atteindre l’âge légal de la retraite ; on pourrait presque dire qu’ils mourraient en service » indique Peter Cappelli, professeur de management à l’Université de Pennsylvanie. « On considérait même qu’il valait mieux s’arrêter avant 65 ans si l’on voulait vivre quelques années dorées à la retraite. Mais aujourd’hui, on vit plus vieux et en meilleure santé. On voit donc se développer cette tendance de patrons âgés qui n’acceptent pas l’idée de laisser les rênes de leur entreprise à un successeur. »

Pour Tamara J. Erikson, consultante dans un cabinet spécialisé, ce phénomène va s’intensifier dans les années à venir et les entreprises auront tendance à vouloir retenir les patrons expérimentés. Il ne faut pas oublier qu’en 2030, 20% des Américains seront âgés de 65 ans et plus et que les Etats-Unis (tout comme l’Europe d’ailleurs) risquent d’être confrontés à un manque de main d’œuvre qualifiée. D’autre part, cette consultante estime qu’une bonne partie des baby-boomers n’a aucune envie d’arrêter de travailler. « Cette génération n’a pas l’habitude de se tourner les pouces et elle trouvera les moyens de conserver une activité » et pas uniquement dans des postes très qualifiés, d’ailleurs. « Aujourd’hui, avoir 80 ans ne signifie plus… avoir 80 ans » explique-t-elle. « Un bon nombre d’octogénaires ne se sentent pas vieux et ont toujours le désir de travailler ».

C’est le cas de Georges Dalton qui a du prendre sa retraite en 2000 à l’âge de 70 ans. Directeur d’une grosse structure il s’est relancé dans les affaires peu de temps après et dirige désormais une entreprise de 2.000 personnes. A 77 ans il avoue qu’il n’a pas le sentiment de travailler « sinon j’arrêterais » ajoute-t-il.

Malgré tout, « passés les 80 ans, les choses changent et vous perdez un peu de votre énergie » précise M. Cable. Pourtant, même si aucun de ses enfants n’imaginent reprendre le flambeau de l’entreprise paternel, il reste confiant et assure que son « bébé » lui survivra. « La société restera entre de bonnes mains » souligne-t-il, « elle sera sous la direction de Mme Gratz qui est âgée de… 75 ans ». Toujours est-il que pour le moment, M. Cable est encore là et qu’il envisage de rester une dizaine d’années supplémentaires à la tête de sa société...
De plus en plus de patrons seniors aux Etats-Unis


Publié le Jeudi 23 Février 2006 dans la rubrique Emploi | Lu 3681 fois