Sommaire
Senior Actu

De la pluie de Martin Page, à lire sans précipitation


Pour qui n’aime pas la pluie, ce livre sera une révélation. Pour qui l’apprécie, il sera un enchantement. Ceux qui la craignent apprendront à l’apprivoiser. Les amateurs de l’averse savent déjà comment approcher ce mystère qui les fascine.
De la pluie de Martin Page, à lire sans précipitation

Goutte à goutte tombent sur le lecteur une cinquantaine de brefs récits dont le personnage unique est la pluie. Chaque texte est cocasse et pertinent. L’ensemble forme une sorte de traité de phénoménologie où l’ondée peut servir d’expérience métaphysique ; « la pluie nous fait fuir et courir : l’abri est l’endroit vers lequel nous nous dirigeons, non l’endroit où nous nous trouvons ».

Au fil des pages s’élabore une éthique (ne pas prendre la pluie comme « bouc émissaire » de tous nos maux) et une morale (« elle me plaît parce qu’elle déplaît à la majorité »).

C’est un livre (faussement) documenté. On y apprend, entre autre, comment faire un bon usage de la pluie. Ainsi, lorsque les pluies acides mouillent nos têtes « si nous perdons nos cheveux nous échapperons enfin aux coiffeurs et à leurs monologues interminables ».

Pleines d’esprits sauf celui de sérieux ces notations qui m’ont beaucoup… plu doivent être lues sans précipitation.

De la pluie
Martin Page
Editions Ramsay
105 pages
12 euros


Publié le Lundi 9 Avril 2007 dans la rubrique Culture | Lu 2005 fois