Sommaire
Senior Actu

Conserver les capacités motrices chez les seniors fragiles par la masso-kinésithérapie

La Haute Autorité de santé, organisme public indépendant à caractère scientifique, vient de diffuser de nouvelles recommandations pour la pratique clinique : « Masso-kinésitherapie dans la conservation des capacités motrices chez la personne âgée fragile à domicile » élaborées à la demande de la Société française pour la recherche et l'évaluation en kinésithérapie indique un récent communiqué.


Elles actualisent les recommandations : « Masso-kinésithérapie dans la conservation de l'activité ambulatoire (marche, transferts, équilibre) des personnes âgées » éditées par l'Anaes en 1996 et seront suivies d'une étude à paraître sur la prévention des chutes.

« Aujourd'hui, 15 % de la population française a plus de 65 ans et 4 % plus de 85 ans. Cette évolution, liée à l'augmentation de l'espérance de vie, concerne tous les secteurs de la médecine et des soins qui doivent adapter leurs connaissances et leurs pratiques afin de mieux répondre aux besoins de cette population » rappelle le communiqué.

Et d’ajouter que « maintenir l'indépendance fonctionnelle afin de vieillir dans de bonnes conditions est l'un des buts essentiels de la politique de santé pour les personnes âgées. Cette indépendance dans les activités de la vie quotidienne suppose une conservation suffisante des capacités motrices associée à la préservation des capacités cognitives. Ce sont plus souvent les effets conjugués du vieillissement, des maladies et du manque d'exercice physique qui entraînent l'altération des capacités motrices et l'apparition de déficits cognitifs ».

Est considérée ici comme personne âgée fragile (15 à 25 % des personnes âgées) toute personne qui présente des risques de perte de capacités motrices et cognitives pouvant la conduire à une perte d'autonomie. Cette fragilité peut la faire évoluer à tout moment vers l'état de dépendance.

Ces recommandations, fondées sur une analyse critique de la littérature et des avis d'experts, abordent l'évaluation des capacités motrices chez la personne âgée fragile, la prise en charge (structurelle, fonctionnelle et situationnelle) ainsi que les traitements masso-kinésithérapiques.

Le groupe d'experts préconise :

D'éviter de se référer à une norme, mais plutôt d'essayer de permettre à chaque personne âgée, en fonction de ses propres capacités et projets, de développer des compensations lui permettant de maintenir un niveau d'efficacité fonctionnelle.

De développer la dimension relationnelle indispensable pour ce type de prise en charge. En effet, la rééducation constitue une situation privilégiée au cours de laquelle la personne âgée peut améliorer l'image qu'elle a d'elle-même.

De mettre en place, dans le cadre de l'intervention au domicile, un travail en équipe, associant le masseur-kinésithérapeute à l'ensemble des intervenants médicaux, paramédicaux et autres professionnels ainsi qu'aux membres de la famille et aux aidants au sens large.


Publié le Jeudi 9 Juin 2005 dans la rubrique Aides à domicile | Lu 2189 fois