Sommaire
Senior Actu

Conférence de la famille 2006 : un espoir pour 2 millions d'aidants familiaux selon l’UNAF

Alors que Philippe Bas, ministre délégué aux Personnes âgées a installé la semaine dernière les deux groupes de travail chargés d’étudier les différentes formes que prennent les solidarités au sein des familles dans la cadre de la « Conférence de la famille 2006 », l’Union nationale des associations familiales (Unaf) considèrent qu’il s’agit là, d’une opportunité de faire reconnaître par la société ces deux millions d’aidants familiaux.


« Plus de deux millions de personnes aident régulièrement, à titre non professionnel, un de leurs proches, personne dépendante ou handicapée, dans les activités de sa vie quotidienne : nursing, soins basiques, accompagnement à l'éducation et à la vie sociale, démarches administratives, coordination des intervenants professionnels, vigilance/veille, soutien psychologique, communication, activités domestiques ... : cette aide est multiple et précieuse » indique en préambule un communiqué de presse de l’Union Nationale des Associations Familiales (Unaf).

Une très grande partie de ces aidants sont des ascendants ou descendants. La Conférence de la Famille 2006, consacrée aux solidarités intergénérationnelles, doit, selon l'UNAF, être l'occasion d'ouvrir le dossier de la reconnaissance par la société de ces aidants familiaux.

Et le communiqué de rappeler que cette Union « porte depuis le printemps 2004 la parole d'un collectif de seize associations, qui demandent pour les aidants familiaux des mesures adaptées pour : conserver du temps pour une vie personnelle et familiale ; maintenir, s'ils le souhaitent, une activité professionnelle et préserver leur santé morale et physique ».

Avec ce collectif, l'UNAF rappelle que les mesures d'aides aux aidants familiaux ne peuvent en aucune façon être un prétexte au désengagement de l'Etat dans le cadre d'une politique globale de solidarité nationale en faveur des personnes en situation de handicap.

La politique de solidarité nationale doit s'exprimer par le financement public et l'organisation de structures (établissements) et services d'accompagnement et de soins professionnels adaptés et de qualité.

Conférence de la famille 2006

Rappelons que Philippe Bas, ministre délégué aux Personnes âgées a installé le 26 janvier dernier, les deux groupes chargés d’étudier les différentes formes que prennent les solidarités au sein des familles, d’identifier les meilleures pratiques et de formuler des propositions pour les renforcer. Et le ministre de souligner que « notre défi est de trouver comment renforcer ce maillon fort de la solidarité que sont les personnes de plus de 60 ans, qui ont aujourd’hui en charge les plus âgés et les plus jeunes ».

Le premier groupe, « La Famille, espace de solidarité entre générations », est présidé par M. Alain Cordier, président de la Caisse Nationale pour la Solidarité et l’Autonomie (CNSA), avec pour rapporteur Mme Annie Fouquet, Inspecteur général des affaires sociales. Philippe Bas insiste sur le fait que « la place des aidants familiaux est essentielle pour faire face au défi de la dépendance. Il faut les reconnaître, les soutenir au quotidien, valoriser aussi l’expérience qu’ils ont acquise. Certains pays sont très avancés dans ce domaine. Voyons quelles idées retenir et comment les adapter à nos spécificités . »

Le deuxième groupe, « La société intergénérationnelle au service de la Famille », est présidé par M. Raoul Briet, président du Conseil de surveillance du Fonds de Réserve pour les Retraites (FRR) avec pour rapporteur M. Marc de Montalembert, Professeur des Universités en politiques sociales. Philippe Bas a souligné que « nos modes de vie font que les solidarités de voisinage entre générations se distendent de plus en plus. Nous pouvons enrayer ce mouvement et lancer des initiatives fortes : repenser notre urbanisme pour relier les générations au profit de tous ; faire tomber les obstacles réglementaires ou pratiques qui freinent le désir d’activité, rémunérée ou bénévole, des seniors… ».

Autre innovation cette année : les personnes handicapées et les personnes âgées feront partie intégrante des réflexions. Enfin, Philippe BAS a souhaité que les groupes étudient les expériences menées dans d’autres pays européens.

Les deux groupes de travail rendront leurs conclusions en avril prochain.


Publié le Vendredi 3 Février 2006 dans la rubrique Aides à domicile | Lu 6757 fois