Sommaire

Comment souscrire une assurance-vie ?

Les assurances vie sont vendues par des compagnies d’assurance, des banques, des mutuelles, sur Internet... Il existe des centaines de produits différents. Le point avec la Finance pour tous.


Comment souscrire une assurance-vie ?
A l’ouverture d’un contrat, vous réalisez un premier versement d’argent et l’assureur vous remet des documents légaux, tels que les conditions générales ou la notice d’information, ainsi que le bulletin de souscription.
 
En général, les contrats laissent la liberté d’investir quand vous le souhaitez, mais il faut respecter une somme minimale qui varie de quelques dizaines à plusieurs milliers d’euros.
 
Quelques conseils…
• Il existe encore quelques contrats imposant à l’assuré d’effectuer des versements réguliers, en général chaque mois. Ces produits sont déconseillés, car ils s’accompagnent presque toujours de pénalités en cas d’interruption du paiement des cotisations.
 
Il est préférable de choisir un contrat « à versements libres », que vous alimenterez à votre gré. Y compris par des versements réguliers directement débités de votre compte bancaire, si vous désirez épargner chaque mois. Vous pourrez modifier ou cesser ces prélèvements quand vous le voudrez, sans aucune conséquence.
 
• Certaines assurances vie associent à la fois une protection en cas de décès et une garantie en cas de vie. Elles sont généralement pénalisantes. Mieux vaut souscrire deux produits distincts : l’un pour l’épargne, l’autre pour l’assurance décès afin de protéger vos proches si votre patrimoine n’est pas suffisant en cas de disparition prématurée.
 
Dans tous les cas, vous pouvez détenir autant de contrats que vous le souhaitez : la détention d’une assurance vie n’est délimitée ni en nombre ni en montant.
 
Désigner des bénéficiaires
Lors de l’ouverture d’un contrat, l’intermédiaire vous invite à désigner le bénéficiaire en cas de vie (vous en général) et à indiquer des bénéficiaires qui recevraient les capitaux si vous veniez à disparaître prématurément.
 
La désignation de ces bénéficiaires en cas de décès est libre : vous indiquerez la ou les personnes de votre choix, sans aucune limitation. Cette désignation pourra être modifiée aussi souvent que nécessaire. De même vous pouvez stipuler une répartition non égalitaire entre les bénéficiaires si vous le souhaitez.

Il est préférable de désigner plusieurs rangs de bénéficiaires en cas de décès. Ainsi, si le ou les premiers sur la liste sont décédés, les sommes reviendront aux bénéficiaires indiqués au second rang, et ainsi de suite. Tous les contrats proposent une clause bénéficiaire type adaptée à la majorité des souscripteurs, qui prévoit que les capitaux sont versés en cas de décès « au conjoint, à défaut aux enfants nés ou à naître, vivants ou représentés, à défaut aux héritiers ».
 
Si ces dispositions ne vous conviennent pas, changez-les pour tenir compte de vos priorités.

Source

Publié le Vendredi 7 Juillet 2017 dans la rubrique Finances | Lu 1237 fois



Commentez cette information