Sommaire
Senior Actu

Comment faire de son assiette son premier somnifère ?

Repas léger et tisane verveine, les « conseils de grand-mère » pour bien dormir sont nombreux et ont la plupart du temps une réelle efficacité. Découvrons quelques réflexes alimentaires qui nous accompagneront dans les bras de Morphée, où nous passons près du tiers de notre vie. Le laboratoire Nutriting vous propose quatre atouts nutrition pour un sommeil naturel et réparateur.


Comment faire de son assiette son premier somnifère ?
1. Privilégiez un dîner plus riche en glucides qu’en protéines, cela favorisera une absorption optimale du tryptophane, un précurseur de l’hormone du sommeil : la mélatonine. Le tryptophane se retrouve dans de nombreux aliments : produits laitiers, riz complet, arachides, légumineuses (pois, lentilles…), chocolat, banane, fruits secs (amande, noix…), viandes, poissons et œufs.
 
Le conseil de Nutriting : « Il n’est pas si compliqué que ça de préparer un tel repas. Une salade de pois chiche vous apportera les glucides de votre repas. Accompagnez-la de poulet émincé pour l’apport en protéines et le tour est joué. »
 
2. Evitez les repas copieux ou trop gras, qui prolongent la digestion, consommatrice d’énergie.
 
3. Evitez thé et café après 17 heures. Privilégiez les infusions et tisanes intégrant des plantes facilitant l’endormissement : camomille, mélisse, verveine, passiflore…
 
4. Contrairement à certaines idées reçues, on ne dort pas mieux après quelques verres. L’alcool provoque à retardement des sécrétions d’adrénaline, qui bloque l’action du tryptophane et fait chuter le taux de mélatonine. La sensation d’ébriété peut contribuer à réduire le temps d’endormissement, mais la qualité du sommeil s’en trouve grandement amoindrie.
 
Par ailleurs, il faut savoir qu’un bon oreiller permet de gagner quotidiennement 24 minutes de sommeil et 30 minutes d’endormissement (d’après une étude effectuée par le Centre du Sommeil et de la Vigilance de l’Hôtel-Dieu à Paris sur 50 personnes).
 
Que l’on dorme sur le côté, sur le ventre, la main sous l’oreiller, ou encore l’oreiller dans les bras, nous n’avons pas tous besoin du même confort et sommes parfois un peu perdus devant le choix proposés dans les rayons de petite literie.
 
Enfin, un sommeil de moins de six heures entraîne aussi de moins bons résultats aux tests comportementaux (vigilance, temps de réaction, performances cognitives) et l’expression de 711 gènes en est bouleversée. A bon entendeur… Dans ce contexte, comment bien dormir en hiver ?
 
La chambre idéale : chambre isolée du bruit, décoration épurée, obscurité favorisée, maintien de la température autour de 18°C, chambre aérée 10mn matin et soir, avoir une literie saine et qu’on retourne régulièrement, changer de literie tous les 10 ans et d’oreiller tous les 2 ans.


Publié le Vendredi 18 Mars 2016 dans la rubrique Nutrition | Lu 1289 fois