Sommaire
Senior Actu

Comment bien choisir sa complémentaire santé quand on est senior ?

Avancer en âge implique notamment plus de dépenses sur votre santé et en particulier sur votre complémentaire santé. Vos besoins changent et vous ne savez peut-être pas comment vous y retrouver dans toutes les garanties qui vous sont proposées. Lesquelles sont indispensables ? Comment optimiser votre budget de mutuelle senior ?


Voici quelques réponses à vos questions...
 
Pourquoi choisir une mutuelle spéciale pour les seniors ?

Savez-vous qu'après 75 ans, un senior français est en moyenne suivi médicalement pour plus de deux maladies ? Pour ces deux maladies, il consulte plutôt des spécialistes, ce qui implique des dépenses plus importantes (et souvent des dépassements d'honoraires) pour lesquelles il vaut mieux avoir souscrit une bonne mutuelle.
 
Attention aux délais de carence et aux délais d'attente.

En tant que senior, nous vous conseillons d'être vigilants sur ces deux points. Ces deux délais sont souvent présents dans les complémentaires santé et chaque délai est bien différent l'un de l'autre.
 
Le délai de carence :

Le délai de carence peut varier entre 1 et 6 mois selon les compagnies. Durant cette période vous n'êtes couverts qu'au minimum et non à hauteur de la garantie que vous avez souscrite ! Imaginons que vous ayez souscrit une mutuelle qui vous assure à 300% en hospitalisation, si votre mutuelle mentionne un délai de carence de 3 mois, vous ne serez couverts qu'à 100% pendant les trois premiers mois !
 
Si vous constatez que la mutuelle senior à laquelle vous souhaitez souscrire présente un délai de carence, sachez que ce délai peut être abrogé chez certaines compagnies d'assurance. Pensez à le demander à votre conseiller spécialisé. Il saura vous renseigner.
En règle générale, ce délai peut être abrogeable chez certaines compagnies si vous aviez auparavant une couverture supérieure ou égale à ce que vous venez de souscrire.
 
Le délai d'attente :

Le délai d'attente est plus contraignant que le délai de carence. Contrairement à son semblable, le délai d'attente est une période pendant laquelle vous n'êtes PAS DU TOUT couverts. Si vous vous rendez compte que votre contrat de mutuelle senior présente un délai d'attente de 3 mois avant prise d'effet des garanties, soyez bien conscients que pendant cette période vous ne serez absolument pas couverts !!!
 
Pourquoi éviter les délais de carence et les délais d'attente ?

Contrairement à un changement de lunettes ou à une intervention dentaire, l'hospitalisation est rarement une intervention que l'on prévoit. Cela est plutôt de l'ordre de l'urgence… Ne vous hasardez donc pas à souscrire à une complémentaire santé qui ne vous couvrira pas tout de suite. En cas d'hospitalisation inattendue, vous seriez bien embêtés en apprenant que vous n'êtes pas couverts comme prévu…
 
Astuce bonne à savoir : Quand on est senior, il est conseillé d'avoir au minimum une couverture de 150 % en hospitalisation. En dessous de 150% c'est presque comme si vous n'étiez pas couverts…
 
Si un délai de carence ou d'attente est présent dans les conditions de votre contrat de mutuelle senior, pensez à demander à votre conseiller de l'abroger si cela est possible. Enfin, si vous ne pouvez pas l'abroger, privilégiez une complémentaire santé sans délai d'attente et sans délai de carence ! Cela existe aussi !
 


Comment s'y retrouver dans les pourcentages de remboursement en optique et en dentaire ?

L'optique :

Petite astuce : en optique, on oublie les pourcentages ! Attention aux mauvais conseilleurs qui vous garantissent des garanties optiques à 500% par exemple ! Cela ne veut strictement rien dire car le pourcentage de remboursement est calculé par rapport à un tarif de convention fixé par la sécurité sociale. En ce qui concerne l'optique, le tarif de convention est tellement bas que même si vous étiez couverts à 900% vous ne seriez que très peu remboursés sur vos lunettes !
Nous vous conseillons donc de vous fixer des repères plus faciles en privilégiant un forfait optique global par exemple. Ainsi, si votre mutuelle vous propose un forfait optique à 500 euros / an, vous savez exactement combien d'euros vous pouvez accorder à votre nouvelle paire de lunettes !
 
Le dentaire :

Pour le dentaire, il faut faire attention à deux choses : le pourcentage de remboursement, et surtout le plafond fixé par la mutuelle. En effet, certaines mutuelles proposent des garanties à plus de 500% en dentaire, mais si votre plafond est fixé à 500 euros, vous aurez vite atteint le maximum remboursable par votre mutuelle ! Cela ne sert donc à rien d'avoir un pourcentage de garanties dentaires très élevé si le plafond est trop bas.
 
Faites bien le calcul en fonction des soins dont vous pensez avoir besoin. Pour les soins dentaires coûteux (au-delà de 1000 euros), il est souvent plus intéressant d'avoir un pourcentage plus faible (300% par exemple) mais sans plafond fixé par la mutuelle ! Pour les soins inférieurs à 1000 euros, il est judicieux de choisir une garantie plus forte en termes de pourcentage (500% par exemple), avec un plafond fixé à 1000 euros.
 
Quoi qu'il en soit, si vos garanties dentaires ne sont pas à la hauteur d'une intervention à venir, sachez que chez certaines compagnies, vous pouvez réajuster vos garanties le 1er janvier et le 1er juillet de chaque année. Ainsi, contrairement à l'hospitalisation qui est rarement prévisible, vous pouvez réellement planifier votre intervention dentaire et être couvert en conséquence.
 
Si vous envisagez de changer de garanties dentaires en vue d'une intervention, calculez bien avec votre conseiller si cela vaut vraiment le coup d'augmenter vos garanties. Parfois, cela revient quasiment au même de sortir l'argent de sa poche. En revanche si vous couplez votre intervention dentaire à un changement de lunettes par exemple, vous pouvez être sûr que vous vous y retrouverez en changeant de garantie !
 
Etre fidèle, ça paie souvent sur le dentaire !

La fidélité paie ! En effet, sur le dentaire par exemple, certaines compagnies vous proposent un plafond à 500 euros la première année, puis 1000 euros la seconde, puis sans plafond à partir de la 3ème ! Cela est un argument de taille quand on a compris l'intérêt des plafonds sur le poste dentaire…


Publié le Vendredi 4 Avril 2014 dans la rubrique Santé | Lu 5422 fois