Sommaire
Senior Actu

Cigarette électronique… ou pas... fumer nuit à la santé

En France, depuis l'interdiction de fumer dans les lieux publics, un million de personnes aurait déjà essayé la cigarette électronique. Ces cigarettes (ou e-cigarette) dont on dit communément qu'elles permettent de retrouver la sensation de fumer sans les risques associés aux cigarettes classiques, ne sont pourtant pas sans danger, indique un récent article de l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP).


Ces e-cigarettes se sont développées en tant qu'alternative à la cigarette classique, dont elle revêt l'apparence.
 
Rappelons que les cigarettes électroniques sont des dispositifs électriques supposés délivrer de la nicotine sous forme solution vaporisée.
 
La partie « tabac » présente à son extrémité une diode simulant visuellement la combustion, à et l'autre extrémité une résistance qui plonge dans la partie « filtre ». Lors de l'aspiration, la solution présente dans la cartouche s'échauffe et la vapeur produite est inhalée par l'utilisateur. Si elles ne contiennent pas de tabac, ni de goudron, les e-cigarettes comportent tout de même des solvants variés (comme le propylène de glycol) et parfois de la nicotine…
 
L'Agence française de sécurité sanitaire et des produits de santé (Afssaps) et la Direction Générale de la Santé recommandent la plus grande prudence aux utilisateurs de cigarettes électroniques, car même si les quantités de nicotine sont peu importantes dans les e-cigarettes elles « peuvent conduire à des effets indésirables graves ».
 
Aucune cigarette électronique ne dispose d'une autorisation de mise sur le marché (AMM), ou d'un marquage CE attribué par un laboratoire agréé auprès de l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Il est à noter que les cigarettes électroniques ne peuvent être vendues en pharmacie car elles ne figurent pas sur la liste des produits dont la délivrance y est autorisée.
 
Nombre de spécialistes estiment que les études réalisées sont pour l'heure contradictoires et qu'ils manquent du recul nécessaire pour évaluer l'impact de ces produits de santé. Ajoutons qu'aucune preuve scientifique suffisante ne permet de dire que la cigarette électronique aide les fumeurs à arrêter contrairement aux traitements de substitution nicotique (patch, formes orales, inhaleurs).


Publié le Jeudi 6 Juin 2013 dans la rubrique Santé | Lu 942 fois