Sommaire
Senior Actu

Chute des personnes âgées : l’électronique pour mieux comprendre les problèmes d’équilibre

Plus on vieillit, plus les chutes peuvent s’avérer dangereuses, voire mortelles dans certains cas. Afin de mieux comprendre comment et pourquoi les personnes âgées tombent, une étude est menée actuellement en Norvège à l’Hôpital St Olav de Trondheim, grâce à un petit appareil qui détecte et enregistre très précisément les mouvements du patients.


Cet accéléromètre a été mis au point par les chercheurs de l’Université des sciences et techniques de Trondheim (NTNU), par ceux de l’Université de Bergen et par l'Institut de recherche SINTEF. Il permet de détecter et de mesurer les mouvements du corps qui sont en relations avec des problèmes de stabilité et de marche.

« Grâce à cet instrument, nous sommes capables de mesurer l’équilibre d’un individu » explique l’un des responsables de ce projet. « Il enregistre les ajustements effectués par un aîné pour se maintenir debout ou pour marcher. A chaque pas réalisé, une personne âgée sujette à des problèmes moteurs, a des déplacements beaucoup plus hésitants qu’un jeune ».

Ainsi, les scientifiques étudient actuellement à l'Hôpital St Olav de Trondheim, la démarche de seniors. L’analyse, outre l’accéléromètre, nécessite un tapis roulant électronique. L’appareil, attaché dans le dos du patient, permet de déterminer la manière dont le sujet se déplace. Le tapis enregistre quant à lui, la pression, la longueur des pas et le positionnement des pieds.

Une fois les données récoltées et analysées, il est possible de mieux comprendre les problèmes d’équilibre des personnes âgées souffrant d’une déficience visuelle ou de faiblesses musculaires. Il est ensuite possible de mettre en place un traitement mieux adapter.
Chute des personnes âgées : l’électronique pour mieux comprendre les problèmes d’équilibre

Seniors : les chutes et leurs conséquences

Lorsqu'un senior chute et se brise le col du fémur, plus il est âgé, moins ses chances de survie sont élevées. Ainsi, alors que presque 100% des quinquagénaires s'en remettent et survivent au-delà d'un an, dès que l'on avance en âge, les pourcentages décroissent assez rapidement : de 50 à 70 ans les chances de survie au-delà de douze mois sont de 90 à 100%, chez les octogénaires, les pourcentages se situent entre 80 et 90% et pour les personnes de plus de 90 ans, de 70 à 80%.

Toutefois, même les plus chanceux, qui parviennent à s'en sortir, voient leur conditions de vie s'en ressentir. Si plus de la moitié (54%) des personnes âgées interrogées indique qu'elles sortaient de chez elles non accompagnées avant leur chute, au-delà d'un an, uniquement une sur trois s'aventure encore seule dans la rue. 29% prenaient les transports en commun avant l'accident, elles ne sont plus que 17% un an après. Enfin, si un quart se promenait sans assistance dans leur quartier, elles ne sont plus que 14% après leur fracture.


Publié le Jeudi 9 Mars 2006 dans la rubrique Internet | Lu 5840 fois