Sommaire
Senior Actu

Chine – La dépendance des seniors décryptée par un nouveau rapport


Afin de mieux comprendre les mécanismes de la dépendance physique en fin de vie et de trouver les moyens adéquats de la réduire et de la prendre en charge de manière satisfaisante, un rapport intitulé « Sociodemographic effects on the Onset & Recovery of ADL disability on Chinese Oldest-old » (rôle des facteurs socio démographiques sur l’apparition et la disparition de la dépendance chez les aînés chinois), a été publié le 4 août dernier par Demographic Research n°11.

L’étude a été réalisée d’après les données obtenues en 1998, 2000 et 2002 auprès de 8 959 participants âgés de plus de 80 ans dont 2 418 étaient centenaires, 3 013 étaient nonagénaires et 3 528 octogénaires. 53% des personnes interrogées en 1998 ont répondu aux chercheurs 2 ans plus tard et 53% des interviewés en 2000 ont participé aux études de 2002.

Les auteurs du rapport ont traduit par « dépendance », l’incapacité à assumer des tâches quotidiennes de façon autonomes.

Ils ont ainsi étudié l’impact des variables socio démographiques (âge, genre, lieu de résidence, appartenance ethnique, niveau d’éducation, situation financière, statut marital, occupations) sur le degré d’incapacité des personnes âgées.

Les conclusions du rapport montrent que 17% des hommes et 21% des femmes sont concernés et que le handicap croît avec l’âge. Ainsi, 22% des hommes et 25% des femmes actifs en 1998 ont développé une dépendance en deux ans. 35% des hommes et 31% des femmes gênés dans leur vie quotidienne ont toutefois retrouvé une certaine autonomie d’action dans le même laps de temps.

Les hommes âgés de 90 ou 100 ans ont respectivement 1,8 et 2,7 fois plus de risques que les octogénaires de devenir dépendants.

Le risque est également accru chez les citadins, à fortiori s’ils sont peu éduqués et non mariés. L’appartenance ethnique ne semble avoir un réel impact qu’après l’âge de 90 ans. De plus, les personnes vivant seules souffrent moins d’incapacité physique que celles vivant à plusieurs.

Les études précédentes avaient tendance à surestimer certains critères tels que le genre, l’âge, l’ethnicité voire une existence solitaire. Grâce à ces nouvelles recherches, qui ont pris en compte non seulement le handicap mais aussi son évolution au cours des 20 dernières années de la vie, les auteurs sont parvenus à montrer que ces constatations sont insuffisantes et que les cas de regain d’autonomie sont relativement courants.



Publié le Mardi 24 Août 2004 dans la rubrique Société | Lu 2014 fois