Sommaire
Senior Actu

Chine – Des solutions pour sauvegarder les remariages des seniors chinois


De plus en plus de seniors chinois veufs et veuves se remarient, se réjouit le professeur expert en gériatrie, Hao Maishou, de la Tianjin Academy of Social Sciences… mais le taux de divorce des secondes noces est très élevé, tournant autour des 70%. Pour l’éviter, plusieurs solutions voient le jour, comme celle du professeur, consistant à faire signer aux futurs époux un contrat de mariage particulier ou l’émergence de deux nouveaux styles de vie, la cohabitation et le mariage inter-générationnel, qui apparaît aussi comme efficace.
L’agence matrimoniale « Maishou » du professeur propose un contrat pré-nuptial régissant l’union selon des principes précis, sur les droits de succession, de propriété, les soins médicaux ou la gestion des finances de chacune des parties. Le contrat a des failles, mais sur 300 couples l’ayant signé, 5% seulement ont divorcé.
Selon les seniors pratiquant la cohabitation ou ayant chacun leur toit, ces styles de vie sont des engagements d’ordre plus émotionnel que le mariage, d’ordre plus « pratique ». La relation fonctionnerait mieux car elle est basée sur le compromis, le respect. Le couple peut, s’il le désire, obtenir un accord écrit de droits et devoirs, consigné par le ministère des affaires sociales. Selon Hao Maishou, 50% des seniors vivant en ville cohabitent.
Enfin, épouser une personne beaucoup plus jeune que soi est la nouvelle tendance. Principalement basée sur le sexe selon le sexologue Shi Chengli, elle permet de rester en bonne santé et dynamique. Et ce n’est pas la médecine traditionnelle chinoise qui dira le contraire : les émotions et les désirs assurent longévité. Ce type de relation permettrait de pallier à une différence physiologique entre hommes et femmes, explique le professeur Maishou. Le désir sexuel des hommes serait encore vivace après 60 ans alors que celui les femmes, moins. Retrouvant avec une femme plus jeune une harmonie sexuelle, ce type de couple aurait plus de chances de fonctionner.
Environ 10% de la population chinoise a 60 ans et plus. Sur ces 129 millions de seniors, 45 millions sont veufs et veuves. La population vieillit de plus en plus, le nombre de personnes se retrouvant seules aussi. Seulement 2% pourtant se remarient. Alors que le remariage des seniors est perçu positivement par les médecins, que la loi chinoise interdit, principalement aux enfants des futurs époux, d'interférer dans les projets de mariage, ce sont pourtant eux, les enfants, qui s’opposent le plus au remariage de leurs parents.
Pour diverses raisons : certains craignent pour leur héritage, d'autres trouvent ce projet honteux.
La tradition veut en effet que les épouses restent chastes jusqu'au mariage et fidèle toute leur vie à leur époux, qu'elles soient veuves ou non.
Le remariage des seniors est pourtant défendu par les experts chinois qui le considèrent comme un progrès social, et par les seniors eux-mêmes qui souhaitent voir diparaitre certains clichés. Les seniors ont droit eux aussi au bonheur. Ceux qui osent franchir le cap du remariage espèrent influencer positivement les autres et l'opinion publique.


Publié le Lundi 11 Août 2003 dans la rubrique Social | Lu 1190 fois