Sommaire
Senior Actu

Chez les pilotes de ligne seniors, l’expérience compense la baisse de capacité due au vieillissement

Selon une récente étude publiée dans la revue spécialisée Neurology, des pilotes de ligne seniors ont obtenu de meilleurs résultats lors de tests réalisés en simulateur de vol que leurs congénères plus jeunes. Pour les auteurs de cette étude, ces données montrent que d’une manière générale, l’expérience permet de pallier l’impact du vieillissement dans la pratique de certains métiers.


Alors que le trafic aérien est en plein développement et qu’un bon nombre de pilotes de ligne vont prendre leur retraite dans les années à venir, la Federal Aviation Administration, qui régule le transport aérien aux Etats-Unis, envisage de relever l’âge légal de la retraite des pilotes de 60 à 65 ans.

La FAA s’alignerait ainsi sur la directive de l’ICAO (organisation de l’aviation des Nations-Unies) qui a relevé en novembre 2006, l’âge du départ en retraite pour les pilotes de ligne de 60 à 65 ans.

« L’expérience d’un pilote de ligne compte. C’est une marge de sécurité en plus » a indiqué le responsable de la FAA lors d’une conférence de presse qui s'est tenue fin 2006. « Les compagnies aériennes étrangères ont démontré que l’expérience d’un commandant de bord en bonne santé lui permet de voler au-delà des 60 ans sans nuire à la sécurité des passagers ».

Et c’est bien ce que semble confirmer cette nouvelle étude réalisée par des scientifiques d’une clinique spécialisée dans la recherche sur le vieillissement de Palo Alto en Californie. Les chercheurs suggèrent ainsi que les connaissances accumulées grâce aux expériences antérieures (également connue sous le nom d’intelligence cristallisée) permettent à ces pilotes expérimentés de conserver pendant longtemps des compétences optimales. .../...
Chez les pilotes de ligne seniors, l’expérience compense la baisse de capacité due au vieillissement

L’étude a été réalisée sur 118 pilotes de l’air âgés de 40 à 69 ans. Elle a duré trois ans. Tous les sondés totalisaient entre 300 et 15.000 heures de vol et possédaient un certificat médical émanant de la FAA. Ils ont été testés sur leurs différentes aptitudes à voler.

Cette enquête a montré que les pilotes les plus âgés, qui au départ réalisaient des performances moindres que les plus jeunes, ont finalement obtenus de meilleurs scores que leurs cadets. D’autre part, cette étude a souligné que les pilotes les plus expérimentés étaient ceux dont les aptitudes déclinaient le moins sur la durée, et ce, quelque soit l’âge.

Pour le docteur Joy L. Taylor et ses collègues, ces résultats montrent que l’expérience compense certains déclins qui peuvent survenir avec l’âge. Et ce qui est vrai pour les pilotes, estime cette spécialiste, se vérifie également dans d’autres corps de métiers, notamment chez les chirurgiens. « Nos découvertes ont des implications qui vont au-delà de l’aviation. Elles ont des conséquences sur toutes les questions relatives au vieillissement dans le monde du travail. Elles mettent en valeurs les compétences des travailleurs âgés ».

Pour aller plus loin, lire aussi :
Japon – Pénurie de pilotes pour cause de départ en retraite des baby-boomers


Publié le Lundi 12 Mars 2007 dans la rubrique Emploi | Lu 5524 fois